Sur une piste de désenclavement et de peuplement du PUDC à Kolda
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-INFRASTRUCTURES

Sur une piste de désenclavement et de peuplement du PUDC à Kolda

Thieyti (Kolda), 4 oct (APS) – Une piste de treize kilomètres et demi (13,5) a contribué au désenclavement de la commune rurale de Thieyti, dans l’arrondissement de Saré Bidji (département de Médina Yoro Foula) où certains villages ont enregistré l’arrivée de nouvelles populations attirées par cette infrastructure.





Cette piste d’un coût de plus de 295 millions de francs CFA est réalisée dans le cadre du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC). L’ouvrage, en cours d’achèvement, part de Thieyti à Boussimbala en passant par Dioumana, Sinthian Fatawaro, Diyabougou, entre autres, soit une population de 771 habitants. Il est prévu la construction de dalots et de radiers.


La commune de Thieyti polarise 37 villages soit une population de 4750 habitants. L’on y dénombre aussi 4000 têtes de vaches. Elle est aussi marquée par son enclavement. Un seul car assure la desserte de Boussimbala à Kolda deux fois la journée (matin et soir).


Selon le maire, Alassane Baldé, "c’est la première fois depuis l’indépendance du Sénégal qu’une telle infrastructure est réalisée dans la commune" où se développent principalement l’agriculture et l’élevage.


’’Nous nous réjouissons de cette réalisation. C’est la première fois depuis l’indépendance du Sénégal que nous avons une piste dans notre commune même. Et si on pouvait même en avoir deux autres pour désenclaver complètement la commune, ce serait une excellente chose", explique t-il.


’’La commune est enclavée. Les populations éprouvent d’énormes difficultés pour se déplacer surtout pendant l’hivernage", a-t-il ajouté, relevant que la commune n’a pas pu bénéficier d’un don d’ambulance, parce que les donateurs ont déploré l’absence de piste dans la collectivité locale.


’’Ils ont estimé que l’ambulance allait vite se détériorer à cause de l’absence d’une bonne route", poursuit-il.


Aujourd’hui, la donne change avec la réalisation du PUDC, de quoi faire dire au maire que "Thieyti commence à prendre son envol".


Grâce à la nouvelle piste, un marché hebdomadaire est organisé à Thieyti le mardi. "Cela permettra à la commune d’avoir des recettes", dit le maire qui plaide également pour les équipements post-récolte en vue d’alléger les travaux des femmes, l’électrification des villages.


’’Pour moi, c’est cela l’émergence. Faciliter les déplacements entre les communautés et avoir de l’électricité", dit-il.


A un jet de pierre de Thieyti, le hameau de Diyabougou, niché au milieu des arbres et entouré de champs de mil, de maïs, commence aussi à sortir de l’isolement depuis sa fondation en 1932, grâce à la nouvelle piste.


’’Nous étions totalement enclavés. Nous avons saisi les autorités sans succès pendant des années", raconte le responsable du village Mawndé Baldé, 67 ans, infirmier à la retraite. Il a servi dans les régions de Kolda et Sédhiou.


’’Les difficultés étaient plus accrues encore pendant l’hivernage. On avait des problèmes pour évacuer vers Kolda un malade ou une femme enceinte. Nous utilisions des charrettes. Et il arrivait souvent que le malade décède en cours de route ou que la femme accouche également en cours de route", souligne t-il.


’’Aujourd’hui, avec cette nouvelle piste, on voyage librement. On peut aller là on veut. C’est très important pour les populations. Nous saluons cette réalisation et exprimons toute notre gratitude au chef de l’Etat", ajoute t-il.


Grâce à l’infrastructure, le hameau s’est agrandi. En effet, sept familles ont quitté la région de Sédhiou pour s’installer à Diyabougou.


’’Ces familles sont venues parce qu’il y a la piste. Nous leur avons offert des terrains où habiter et des parcelles où cultiver. Ces familles sont complètement intégrées aujourd’hui. Elles sont venues avec un maître coranique qui enseigne les enfants du village", souligne Mawndé Baldé.


Mamadou Aliou Diallo est l’un de ces chefs de familles qui ont quitté le village de Saré Manfou (Sédhiou) pour s’installer à Diyabougou parce que la route "procure beaucoup d’avantages".


’’Nous étions enclavés. Nous avions des difficultés pour nous déplacer depuis notre village. Avec cette piste, on s’est rapproché des populations. Le déplacement sera plus facile. En plus, nous pourrons écouler nos produits agricoles".


A Diyabougou, la joie des habitants est telle qu’un père de famille a baptisé son enfant Macky Sall, lors du lancement des travaux de la piste.


OID/PON