Souleymane Jules Diop annonce la construction de 300 postes de santé
APS
SENEGAL-SANTE

Souleymane Jules Diop annonce la construction de 300 postes de santé

Ngayokhème (Fatick), 11 mars (APS) - Le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) prévoit, dans sa deuxième phase, de construire, cette année, 300 postes de santé sur toute l’étendue du territoire sénégalais a annoncé, samedi à Ngayokhème (Fatick), le ministre en charge du suivi de ce programme Souleymane Jules Diop.



’’Le PUDC va construire pour cette année 300 postes de santé à travers le Sénégal’’, a-t-il déclaré lors d’un forum axé sur l’impact social des investissements du président de la République Macky Sall dans la région de Fatick.

’’Le ministère de la Santé et de l’Action sociale est en phase avec le PUDC dans le cadre de cette initiative’’, a-t-il précisé en présence du maire de Ngayokhème Mbagnick Ndiaye, par ailleurs ministre de l’Intégration africaine, du NEPAD, et de la Francophonie qui a initié ce forum.

Lancée en juillet 2015, la première phase du PUDC est arrivée à terme en février 2018.

Il a indiqué que la deuxième phase du PUDC a besoin d’une enveloppe financière de 300 milliards FCFA pour dérouler sa lettre de politique sectorielle.

’’A cet effet nous travaillons déjà à la consolidation de cette deuxième phase qui a démarré, par un appui de 5 milliards de francs CFA sur les 15 milliards de FCFA annoncés par l’Etat’’, a signalé Souleymane Jules Diop.

’’Nous allons signer des conventions avec la Banque islamique de développement (BID) pour une cinquantaine de milliards de francs CFA et la Banque africaine de développement (BAD) pour une dizaine de milliards de francs CFA’’, a-t-il précisé.

Interpellés par les maires du département de Fatick sur leurs problèmes d’électrification rurale, de désenclavement, ou encore de prise en charge sanitaire, il a promis de travailler avec eux et de réaliser, dans le cadre de la deuxième phase, au moins trois projets prioritaires dans chaque commune.

Des personnalités administratives, politiques, coutumières et religieuses du département ont également pris part à la manifestation initiée par les autorités municipales de Ngoyakhème. 

AB/PON