Saint-Louis : les besoins en moutons de Tabaski estimés à 84 000 têtes (officiel)
APS
SENEGAL-SOCIETE

Saint-Louis : les besoins en moutons de Tabaski estimés à 84 000 têtes (officiel)

Saint-Louis, 25 juin (APS) – Au total, 84 000 moutons seront nécessaires pour couvrir les besoins en consommation des populations de la région de Saint-Louis (nord) pour la fête musulmane de la Tabaski, a indiqué jeudi le docteur Seynabou Diack Sy, inspectrice régionale de l’élevage et de la production animale.

Intervenant à l’issue d’un comité régional de développement (CRD) consacré aux préparatifs de cette fête devant être célébrée en août, elle a notamment assuré que les besoins en moutons étaient de l’ordre de quelque 84 000 têtes.

Les restrictions et autres mesures prises par le Sénégal et ses pays limitrophes pour endiguer la Covid-19 n’ont pas épargné le secteur de l’élevage dans la mesure où les marchés hebdomadaires ne sont pas encore tous fonctionnels, a expliqué la cheffe du service régional de l’élevage de Saint-Louis.

Néanmoins, elle a assuré que les éleveurs de la région avaient commencé à déposer des demandes d’autorisation d’importation de moutons, à partir de la sous-région, pour l’approvisionnement des marchés de Saint-Louis, représentant 30 % de la demande nationale.

L’Etat a pris des mesures fortes afin d’assurer un bon approvisionnement du marché en moutons, avec l’arrivée attendue du cheptel en provenance du Mali et de la Mauritanie, a rassuré Seynabou Diack Sy, en s’appuyant sur les assurances données en ce sens par le ministre de l’Elevage, Samba Ndiobene Ka.

Elle a en outre fait savoir que les opérateurs de la région de Saint-Louis avaient déjà signé un protocole d’accord avec des institutions financières dans le but de financer leurs activités liées à la Tabaski.

’’Quelque 115 dossiers ont été déjà approuvés pour un montant de 261, 5 millions de francs Cfa. Les procédures de décaissement sont déjà en cours en faveur des éleveurs des trois départements de la région’’, a-t-elle souligné.

’’La tabaski est une opération entre acheteurs et vendeurs. L’Etat joue un rôle de facilitateur pour accompagner les opérateurs afin qu’ils puissent satisfaire la demande des citoyens par le biais des mesures incitatives’’, a rappelé la cheffe du service régional de l’élevage de Saint-Louis

BD/AKS/OID