Registre national unique : vers l’intégration d’environ 450.000 ménages vulnérables
APS
SENEGAL-SOCIAL

Registre national unique : vers l’intégration d’environ 450.000 ménages vulnérables

Dakar, 22 sept (APS) - Plus de 450.000 ménages vulnérables seront inclus dans le Registre national unique (RNU) de la Délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale (DGPSN) d’ici 2017, a annoncé, jeudi, à Dakar, le directeur général du Registre national unique, Ouseynou Diop. 
 

’’D’ici 2017, le registre national va concerner plus de 450.000 ménages en situation de vulnérabilité, soit 4 millions de personnes réparties dans tout le territoire national’’, a-t-il annoncé, lors d’un atelier de partage et de validation technique du processus de développement du Système d’information et de gestion (SIG) du Registre national unique.
 
Il a précisé qu’il s’agit ici de mettre en place un manuel de gestion des plaintes et des interventions, et de la mise en place d’un numéro vert, ou encore de l’utilisation d’un registre national unique. Il a expliqué que le développement d’un système d’information et de gestion requiert l’utilisation d’une base de données. 
 
Il a aussi rappelé que, cette année, la DGPSN a travaillé avec ses partenaires en utilisant des cartes de communautés qui leur ont permis d’appuyer certains villages et communes. 
 
’’La DGPSN essaye de fournir des efforts pour renforcer le manuel de gestion de qualité des informations’’, a-t-il indiqué. Il a ajouté qu’elle travaille également à la mise en commun d’un registre national unique. Ce registre est un système d’information et de gestion sur les ménages vivant dans l’extrême pauvreté en vue de leur permettre d’accéder, de façon équitable et transparente, à des programmes de filets sociaux ou d’assistance sociale. 
 
’’On a fait des enquêtes en utilisant des questionnaires pour savoir comment la situation des enfants évolue entre la phase une de notre projet et sa phase deux’’, a de son côté affirmé la responsable en politique sociale de l’UNICEF, Mariana Stirbu.
 
Il s’agissait dans cette enquête d’apprécier la situation économique du ménage par rapport à l’éducation ou à l’état civil, a-t-elle précisé. 
 
’’Ces outils, a-t-elle poursuivi, ont démontré que la gestion des outils demeure important pour la mise en commun et la construction d’une meilleure cohérence du système de protection sociale.’’ 
 
La représentante de l’UNICEF a indiqué que son organisation réitère son engagement à soutenir la DGPSN dans l’utilisation continue du Registre national unique et du système d’information, en vue d’améliorer les résultats obtenus à travers différents mécanismes.
 
La conseillère technique protection sociale de la DGPSN, Diop Safietou Bâ, a indiqué pour sa part que l’information permet de maîtriser les questions stratégiques de la Délégation.
 
’’Cette base de données constitue un module extrêmement important que nous devons partager et utiliser à bon escient’’, a-t-elle affirmé. Selon elle, son utilisation permettra d’obtenir des avancées significatives dans la politique de la protection sociale.

AMN/ASG