PUDC : 1491 équipements post-récolte sortiront bientôt du site d’assemblage de la Somaphy
APS
SENEGAL-DEVELOPPEMENT

PUDC : 1491 équipements post-récolte sortiront bientôt du site d’assemblage de la Somaphy

+++De l’envoyé spécial de l’APS : Ousmane Ibrahima Dia+++

Dalla-Ngabou (Mbacké), 30 sept (APS) – Au total, 60 ouvriers sont à pied d’œuvre sur le site de l’entreprise Somaphy installé à Dalla-Ngabou (Diourbel) pour procéder à l’assemblage de 1491 équipements post-récolte qui doivent être livrés prochainement dans le cadre du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC).

 



Erigé sur une superficie d’un hectare, l’endroit est un véritable océan de pièces métalliques qui serviront à l’assemblage de décortiqueuses d’arachide, de presses à huile, de broyeuses d’arachide, de torréfacteurs, de moulins à café, de moulins à mil, etc, a constaté l’APS.


’’C’est un centre de livraison des équipements qui est installé au centre du Sénégal", selon le directeur général de l’entreprise Somaphy, Moustapha Diagne, qui a reçu, jeudi, une équipe du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) conduite par son directeur national Cheikh Diop.


’’A partir de ce site, la livraison des équipements se fera facilement" à destination des régions bénéficiaires notamment Kédougou, Tambacounda, Louga, Matam, Saint-Louis, Fatick, Kaolack, Kaffrine, Diourbel, Thiès, a expliqué Moustapha Diagne.



Pour l’exécution de ce marché de 1,786 milliard de francs CFA, l’entreprise Somaphy a travaillé avec 711 artisans établis dans différentes régions. "Nous avons partagé le travail avec des artisans affiliés aux chambres de métiers. Ils fabriquent les pièces et une fois qu’ils nous les livrent, nous faisons le travail d’assemblage. Mais certaines pièces, c’est nous-mêmes qui les fabriquons", a-t-il dit.


Dans ce marché, l’entreprise a versé aux artisans 445 millions de francs CFA, selon Moustapha Diagne précisant qu’ils ont déjà reçu 70% de leur paie.


’’Je suis dans ce secteur depuis 30 ans, mais c’est la première fois que je gagne un marché de cette taille. C’est vraiment l’occasion de saluer le PUDC et de remercier le chef de l’Etat", a dit le patron de la Somaphy, ajoutant que "nous sommes déjà prêts pour la livraison de 550 équipements".


Trouvée sur le site d’assemblage, Egga Ba, 60 ans mesure déjà l’importance de ces outils qui, selon elle, "vont considérablement alléger le travail des femmes".


’’Avant, il fallait se lever tôt le matin, aller à la recherche de l’eau. Il fallait piler le mil, décortiquer les arachides, avec nos mains. Il n’y avait pratiquement pas de répit dans la vie des femmes. Dieu, merci. Aujourd’hui, tout a changé. Nos enfants ne feront plus ces travaux", a-t-elle soutenu.


’’Avec les machines, on pourra obtenir facilement sa farine de mil, sa patte d’arachide ou son huile. Mieux, la corvée de l’eau est terminée puisque nous avons aussi les robinets. Ces machines vont véritablement alléger le travail des femmes", a poursuivi Egga Ba.


Le maire de la commune de Dalla-Ngabou se réjouit également de l’implantation du site d’assemblage. "Il y a quelque mois de cela, il n’y avait rien ici. Grâce à l’entreprise, des jeunes ont pu trouver un emploi. Cela contribue donc à résoudre le problème du chômage. Au lieu de partir ailleurs, les jeunes vont rester sur place. En plus, l’entreprise contribuera au rayonnement de la commune", salue Ndiouga Faye.


Il a ajouté : ’’Il y a aussi un avantage pour les agriculteurs. Nous sommes dans le bassin arachidier. Les décortiqueuses d’arachide, les presses à huile, les broyeuses d’arachide, les moulins à mil vont alléger le travail des femmes. Ce programme va changer la vie des populations’’.


 


Le Programme d’urgence de développement communautaire vise à contribuer à l’amélioration de l’accès des populations rurales aux services sociaux de base à travers la mise en place d’infrastructures socio-économiques.


Le milieu rural qui concentre la majorité de la population (57%) se
consacre essentiellement à des activités agro-pastorales. Il est marqué par l’exode des jeunes vers les villes en quête d’emplois.


Le budget global du PUDC est évalué à 400 milliards de francs Cfa. La première phase, lancée en juillet 2015 pour une durée de deux ans avec un budget de 113 milliards, est entièrement financée sur ressources propres du Sénégal.



L’objectif est de construire et réhabiliter des pistes rurales, construire et réhabiliter des forages et châteaux d’eau, électrifier des villages. Il est également prévu un volet sanitaire. A cela s’ajoutent 5000 équipements ruraux pour l’allègement des travaux en milieu.


Depuis son lancement, le programme imprime sa marque dans plusieurs endroits du pays où la perspective d’une vie meilleure se profile grâce à la réalisation d’un forage ou d’une piste de production.



 


OID/PON