Un studio d’enregistrement
APS
SENEGAL-MUSIQUE

Un studio d’enregistrement "haut de gamme" à Fatick pour la promotion des artistes locaux

Fatick, 29 sept (APS) - La région de Fatick dispose désormais d’un studio d’enregistrement "haut de gamme" qui devrait contribuer à la promotion des artistes locaux à travers leurs productions, a-t-on appris de la directrice du centre culturel régional, Ngakane Gning Diouf.

"Ce studio et son cadre de travail permettront aux artistes de la région d’avoir un gain de temps et d’argent dans leurs productions, de ne plus se déplacer vers Dakar ou d’autres régions pour se fixer leurs œuvres", a-t-elle déclaré.
 
Mme Diouf intervenait samedi en marge de la cérémonie de clôture d’une formation de 21 jeunes de la région sur les techniques et logiciels de son.
 
"Avant l’acquisition d’un tel studio, a-t-elle expliqué, nos artistes chanteurs allaient jusqu’à Dakar, payaient jusqu’à 50 000 francs CFA par jour pour se faire enregistrer mais désormais ils ont un cadre qui leur permet de rester sur place et de fixer leurs œuvres".
 
Ce studio d’enregistrement, acquis grâce à un appui du ministère de la Culture et de la Communication, et un complément en équipements de la coopération allemande (GIZ). 
 
Les équipements de ce studio logé dans les locaux du centre culturel de Fatick, sont évalués à une vingtaine de millions de francs CFA, a indiqué Mme Diouf.
 
Pour ce qui est de la gestion technique du studio, elle a expliqué que certains des jeunes de Fatick ayant bénéficié de formations dans ce domaine seront retenus sous le contrôle de leur formateur, le centre culturel régional se chargeant d’assurer la gestion administrative. 
 
Selon Mme Diouf, contrairement aux prix "relativement chers" appliqués à Dakar par des studios privés d’enregistrement, celui de Fatick "n’est pas là pour faire de l’argent" et va appliquer "des tarifs accessibles". 
 
"Ce studio destiné à tous les acteurs de la région permet au centre culturel régional de remplir sa mission qui est d’accompagner, d’orienter et d’assister les acteurs culturels", a-t-elle encore souligné. Albert Bernard Diouf, porte-parole des 21 jeunes formés pour la gestion de ce studio, s’est réjoui de cette acquisition.
 
"Le studio est venu au bon moment, la région regorge de potentialités qui ont tendance à aller vers les autres régions pour se faire enregistrer ou se produire, maintenant qu’il y a dans la région de Fatick un studio qui répond aux normes, on ne peut que s’en féliciter", a soutenu M. Diouf, par ailleurs professeur de musique au CEM Thierno Mamadou Sall de Fatick. 
 
Auparavant, les jeunes récipiendaires ont reçu leur attestation au cours d’une cérémonie de fin de formation.
 
 

AB/BK