Prestation de serment : en 2012, Macky Sall voulait une cérémonie
APS
SENEGAL-POLITIQUE-INVESTITURE-RAPPEL

Prestation de serment : en 2012, Macky Sall voulait une cérémonie "solennelle et sobre"

Dakar, 1er avr (APS) - Macky Sall, élu président de la République pour la première fois en mars 2012 face à Abdoulaye Wade, avait voulu inscrire la cérémonie de prestation de serment "dans le cadre strict de la solennité républicaine, des règles du protocole d’Etat, la sobriété requise par la situation du pays".
 

’’J’ai pris le choix d’inscrire cette cérémonie dans le cadre strict de la solennité républicaine, des règles du protocole d’Etat, la sobriété requise par la situation du pays", écrivait Macky Sall dans un communiqué publié par Le Soleil. 
 
M. Sall avait remporté le second tour de l’élection présidentielle devant Abdoulaye Wade, qui a obtenu 34,2% des suffrages. 
 
Il adressait, dans ce communiqué, ses félicitations les plus chaleureuses aux Sénégalais. 
 
’’Chaque Sénégalaise ou Sénégalais, où qu’il se trouve, quelle que soit son appartenance politique, a des raisons objectives d’éprouver de la fierté, souligne-t-il. La cérémonie de prestation de serment de lundi prochain, j’aurais souhaité avec tout le monde à mes côtés. Mais, vous comprenez, mes chers compatriotes, électeurs, alliés, militants et responsables politiques, l’impossibilité d’exaucer un tel vœu", avait-il écrit. 
 
Macky Sall se disait convaincu de répondre à l’option de la majorité de ses citoyens en décidant de fêter son investiture dans la sobriété. 
 
’’Nous entendons faire honneur à nos hôtes étrangers et aux officiels de notre pays au cours de cette cérémonie qui constitue un grand moment pour notre pays", avait-il souligné, avant d’ajouter : "J’éprouve un réel plaisir à vous renouveler mes remerciements pour le succès enregistré par notre pays à travers l’organisation et le déroulement de l’élection présidentielle de février-mars 2012".
 
En 2012, Macky Sall avait prêté serment sous un chapiteau installé dans l’enceinte de l’hôtel Méridien.
 
Devant le président du Conseil constitutionnel Cheikh Tidiane Diakhaté, le nouveau chef de l’Etat a prononcé la formule qui suit : "Devant Dieu et devant la Nation sénégalaise, je jure de remplir fidèlement la charge de président de la République du Sénégal, d’observer comme de faire observer scrupuleusement les dispositions de la Constitution et des lois, de consacrer toutes mes forces à défendre les institutions constitutionnelles, l’intégrité territoriale et l’indépendance nationale, de ne ménager enfin aucun effort pour la réalisation de l’unité africaine".
 
La cérémonie avait été rehaussée par la présence de hautes personnalités nationales et internationales dont les chefs d’Etat du Bénin, du Burkina Faso, du Cap-Vert, de la Côte d’Ivoire, du Bénin, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée-Bissau, de la Guinée-Equatoriale, du Liberia, de la Sierra-Leone et du Togo.
 
OID/BK