Présidentielle : les candidats invités à parler de programmes et éviter les sujets qu’ils ne maitrisent pas
APS
SNEGAL-KORITE-SERMON

Présidentielle : les candidats invités à parler de programmes et éviter les sujets qu’ils ne maitrisent pas

Dakar, 15 juin (APS) – L’imam de la mosquée omarienne à Dakar a insisté, vendredi, sur la préservation de la culture de paix qui prévaut au Sénégal, invitant les futurs candidats à la présidentielle de 2019 à mettre l’accent sur leurs programmes et éviter les sujets qui ne relèvent pas de leur domaine de compétence.
 

‘’Nous nous acheminons vers l’élection présidentielle. Il est important de rappeler aux candidats que le Sénégal est un pays de paix. Nous devons préserver cette culture de paix. La paix est plus importante que toutes les richesses. Donc, nous devons préserver cette culture de paix qui prévaut dans notre pays’’, a dit l’imam Seydou Nourou Tall dans son sermon de la prière de Korité marquant la fin du ramadan.
 
Devant de nombreux fidèles, il a invité, en langue wolof, les futurs candidats à cette élection à ‘’mettre l’accent’’ sur les programmes à présenter aux électeurs. ‘’Ils doivent parler de développement, de sujets comme l’économie, l’éducation, etc’’, a dit Seydou Nourou Tall, rappelant que tout élu rendra compte devant Dieu un jour.
 
L’imam a également invité les candidats à éviter les sujets qui ‘’ne relèvent pas de leur domaine de compétence’’, citant notamment la religion. ‘’Ils doivent éviter de parler de sujets qu’ils ne maitrisent pas, comme la religion. Il y a des gens dont c’est le rôle de parler de la religion. Donc, ces candidats devront éviter de parler de religion’’, a insisté l’imam Tall, soulignant que ‘’c’est Dieu qui choisit un dirigeant’’.
 
Seydou Nourou Tall a aussi déploré le ‘’non-respect dû aux aînés et aux autorités’’. ‘’Aujourd’hui, on assiste à une crise de l’autorité. On ne respecte plus les ainés ; on ne respecte plus l’autorité. De tels comportements sont déplorables. Nous devons revenir à nos valeurs, respecter nos aînés et nos autorités (….)’’, a dit l’imam.
 
OID