Présidence de la BAD : Akinwumi Adesina, unique candidat à sa succession
APS
AFRIQUE-FINANCES

Présidence de la BAD : Akinwumi Adesina, unique candidat à sa succession

Dakar, 24 août (APS) – Le président sortant de la Banque africaine de développement (BAD), le nigérian Akinwumi Adesina, est assuré de rempiler pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête de cette institution financière panafricaine en étant l’unique candidat en lice à ce poste, a appris l’APS.
 
L’élection d’un président et le dialogue des gouverneurs constituent l’ordre du jour de l’édition 2020 des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement prévues mercredi et jeudi en mode virtuel, a-t-on notamment appris d’un communiqué rendu public lundi.
 
L’année 2020, marquant la 55ème session annuelle du Conseil des gouverneurs de la Banque et la 46ème session annuelle du Fonds africain de développement, constitue une année d’élection du président de la Banque. Le président en exercice, Akinwumi Adesina, est le seul candidat en lice pour un nouveau mandat quinquennal, fait-on savoir de même source.
 
Elle souligne que pour la première fois dans l’histoire de la BAD, ses Assemblées annuelles seront organisées en mode virtuel, dans le respect des consignes de distanciation physique liées à la pandémie de Covid-19.
 
L’élection du gouverneur doit se tenir jeudi à travers un collège électoral constitué des ministres des Finances et de l’Economie ou des gouverneurs des banques centrales des 54 pays du continent et de 27 autres venus d’autres parties du monde, précise le communiqué.
 
Akinwumi Adesina, premier citoyen nigérian à occuper ces fonctions, a été élu le 28 mai 2015 pour une durée de cinq ans par le Conseil des gouverneurs de la Banque, au cours des Assemblées annuelles, qui s’étaient tenues cette année-là à Abidjan, en Côte d’Ivoire.
 
Cette rencontre sera par ailleurs mise à profit par l’institution financière pour informer les gouverneurs de l’évolution des diverses activités de la BAD depuis l’édition 2019 de ses Assemblées annuelles tenues à Malabo, en Guinée Equatoriale.
 
Ces informations porteront notamment sur la septième augmentation générale du capital de la Banque, que le Conseil des gouverneurs a approuvée le 31 octobre 2019 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, et qui a permis d’accroître d’un montant historique le capital de la Banque, passant de 115 milliards à 208 milliards de dollars, indique le communiqué.
 
Il rappelle qu’en décembre 2019, les donateurs du Fonds africain de développement s’étaient engagés à verser 7,6 milliards de dollars dans le cadre de la quinzième reconstitution du capital de la Banque, afin d’aider les pays les plus pauvres d’Afrique.
 
AKS/ASB