Pour un plan d’alerte en matière de sécurité sanitaire des aliments
APS
SENEGAL-ALIMENTATION-SANTE

Pour un plan d’alerte en matière de sécurité sanitaire des aliments

Dakar, 19 sept (APS) - Le directeur de la Santé, Docteur Papa Abdoulaye Diack a souligné, mardi, la nécessité pour les acteurs de la santé de mettre en place des mécanismes d’alerte et de surveillance pour gérer efficacement les situations d’urgence en matière de sécurité sanitaire des aliments.
 
"Au Sénégal, les maladies d’origine alimentaire sévissent de façon récurrente et cet état de fait est accentué par de nombreux facteurs, parmi lesquels, la prolifération des aliments vendus sur la voie publique. Pour prévenir toute épidémie, des mécanismes d’alerte doivent être mis en place", a-t-il dit.
 
Docteur Diack indique que les maladies d’origine alimentaire ainsi que les événements ayant une incidence sur la sécurité sanitaire des aliments tout au long de la chaîne alimentaire demeurent des causes de morbidité dans le monde notamment dans les pays en développement.
 
Le directeur de la santé présidait un atelier de partage du processus d’élaboration du Plan national de réponse aux urgences de sécurité sanitaire des aliments au Sénégal avec les autorités locales. Il est organisé en partenariat avec la FAO.
 
Cette rencontre qui concerne six régions du pays vise à renforcer la collaboration multisectorielle et pluridisciplinaire pour un meilleur système de surveillance et d’alerte rapide dans la mise en œuvre du plan.
 
"Les changements notés dans les modes de préparation, de transformation, de consommation des aliments et par la mondialisation des échanges sont également des facteurs dangereux pour la santé publique", a dit Docteur Papa Amadou Diack.
 
Le Plan devra permettre au Sénégal d’identifier et de gérer avec plus d’efficacité, les situations d’urgence par des réponses coordonnées et une utilisation judicieuse des ressources afin de limiter les risques de propagation des maladies d’origine alimentaire.
 
Venu co-présider l’atelier, le représentant de la FAO au Sénégal, Reda Lebtahi, a rappelé une étude de l’Organisation mondiale de la santé publiée en 2015 montrant qu’en région Afrique, plus de 91 millions de personnes tombent malades du fait d’aliments impropres à la consommation entraînant 137 000 décès.
 
"Il était ainsi crucial de soutenir le Sénégal dans le renforcement de son expertise et de ses capacités dans la prévention et la réponse rapide et efficiente aux situations d’urgences pour améliorer la santé humaine et la sécurité alimentaire", a-t-il dit.


SDI/OID/ASB