Pour répondre aux préoccupations de la jeunesse, PROMISE et ANPEJ scellent un partenariat
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Pour répondre aux préoccupations de la jeunesse, PROMISE et ANPEJ scellent un partenariat

Dakar, 4 nov (APS) – Les responsables du Programme de développement de la promotion de la micro-finance islamique (PROMISE) et de l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes (ANPJ) ont scellé mercredi un partenariat visant à parvenir à une synergie d’actions permettant d’apporter des réponses rapides aux préoccupations de la jeunesse, a constaté l’APS.

La convention de partenariat liant les deux entités a notamment été signée à Dakar par Yaye Fatou Diagne, coordonnatrice de PROMISE et Tamsir Faye, directeur général de l’ANPEJ en marge d’un atelier de partage et de sensibilisation de journalistes sur les missions et activités de PROMISE.

‘’Nous avons décidé d’unir nos forces, de travailler en toue synergie pour que nos actions puissent rapidement apporter des solutions aux besoins de notre jeunesse, en termes d’emplois et lutter par la même occasion, contre la recrudescence de leur exode vers l’étranger’’, a réagi Yaye Fatou Diagne après la signature de ladite convention.

PROMISE est une structure de l’Etat du Sénégal financé en collaboration avec Banque Islamique de Développement (BID) et qui œuvre à l’émergence d’une branche de la micro-finance islamique performante, inclusive et pérenne au service d’une économie émergente, dans une société solidaire.

‘’D’un coût global de quarante-sept milliards de francs CFA étalé sur cinq années renouvelables, le PROMISE a pour objectif général d’améliorer le revenu des bénéficiaires, à travers le renforcement de l’accès durable de la majorité de la population à des services financiers islamiques adaptés sur l’ensemble du territoire national, d’ici à 2025’’, a rappelé sa coordonnatrice.

Pour y parvenir, a-t-elle souligné, le programme ambitionne de soutenir l’élaboration d’un cadre règlementaire de la micro-finance islamique, renforcer les capacités des institutions de micro-finance participantes et celle des bénéficiaires cibles, et également, mettre à disposition, une ligne de refinancement.

Elle a insisté sur le fait que l’atteinte de ces objectifs spécifiques permettra d’installer définitivement la micro-finance islamique au Sénégal et de réduire le taux d’exclusion financière des bénéficiaires ainsi que le financement des projets des acteurs prioritaires du Plan Sénégal Emergent (PSE).

‘’Au-delà (…), notre structure souhaite jeter les bases d’une large et fructueuse collaboration avec la presse pour sa pleine participation à l’éducation financière des populations, à travers la mise en place d’un réseau des journalistes spécialisés en finance islamique’’, a-t-elle ajouté.

Pour sa part, le directeur général de l’ANPJ, a soutenu que le PROMISE constitue un instrument d’équité et de progrès au service des porteurs de projets dont l’accès difficile aux financements classiques demeure un problème et un véritable frein à leurs ambitions.

Tamsir Faye, est d’avis que la micro-finance islamique basée en partie sur un financement sans intérêt pour des cibles et groupes particulièrement vulnérables, se pose ainsi comme un véritable levier de croissance, dans le respect de la loi islamique. Il a ainsi invité les jeunes porteurs de projets à de se l’approprier.


MK/AKS



 

MK/