Pose de la première pierre d’un institut islamique à Kelle
APS
SENEGAL-RELIGION-INFRASTRUCTURE

Pose de la première pierre d’un institut islamique à Kelle

Thiés 14 mai (APS) - Les membres de la famille de Cheikh Massamba Diop, un ancien guide religieux de Kelle, vont transformer l’ancien daara de leur grand-père en institut islamique, dans ladite localité, a appris l’APS.

Le guide religieux Serigne Abdou Khoudoss Mbacké a procédé à la pose de cette première pierre en présence des représentants du Collectif des imams de Kelle, selon un responsable du collectif qui porte ce projet.

L’infrastructure qui portera le nom du défunt guide religieux de Kelle, Cheikh Massamba Diop, comportera ‘’une mosquée, un dortoir pour filles et garçons et un bloc administratif, en plus du mausolée du parrain qui sera intégré dans le complexe islamique’’, a dit Serigne Thierno Diop, khalife de Cheikh Massamba Diop et porte-parole de la famille.

Le coût du projet porté par un collectif des petits-fils du parrain, n’a pas encore été estimé, a dit M. Diop. Un comité de gestion a été mis sur pied et un compte bancaire ouvert, a-t-il dit.

Il a ajouté que ‘’des tonnes de ciment et de l’argent sont déjà disponibles’’, pour démarrer ce projet ‘’ambitieux’’, unique en son genre dans la zone, et qui, selon lui, s’inscrit ‘’dans la durée’’.

La priorité sera accordée toutefois dans un premier temps à la réalisation du daara pour démarrer l’apprentissage du Coran, de l’arabe et éventuellement des sciences islamiques, a-t-il précisé.

A terme, il s’agira d’avoir les niveaux allant du moyen au secondaire, a-t-il dit.

Né vers 1825 à Coki dans la région de Louga où il avait commencé ses études coraniques dans le célèbre daara qui s’y trouve, Cheikh Massamba avait suspendu un moment son apprentissage, pour ‘’rallier l’armée de Maba Diakhou Bâ’’, raconte son petit-fils.

De là, il est allé parfaire sa formation spirituelle pendant 30 ans auprès du chef religieux khadre de Boutilimit (Mauritanie) Cheikh Sidiya Ould Baba.

De retour au Sénégal sur ordre de son maître, pour vulgariser les enseignements de l’islam, il a été au cours de son périple, retenu à Kelle par les anciens qui ont fait de lui leur imam et maître coranique, a dit Thierno Diop.

Cheikh Massamaba Diop échangeait des correspondances avec les guides religieux tidiane, Elhadji Malick Sy et mouride Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, qui étaient moins âgés que lui, a-t-il poursuivi. Il mourut en 1920.

Le projet d’institut islamique est inspiré du daara de Cheikh Massamba Diop que ses petits-fils veulent ‘’’réhabiliter’’, a noté Serigne Thierno Diop.

ADI/OID