Plus de 135 millions de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire en 2019 (rapport)
APS
MONDE-SOCIETE

Plus de 135 millions de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire en 2019 (rapport)

Dakar, 21 avr (APS) - Plus de 135 millions de personnes réparties dans 55 pays et territoires, ont fait face à une situation d’insécurité alimentaire grave et aiguë en 2019, indique le rapport mondial sur les crises alimentaires 2020 rendu public mardi.
 
"De plus dans les 55 pays confrontés à une crise alimentaire et couverts par le rapport, 75 millions d’enfants accusent des retards de croissance tandis que 17 millions souffrent d’émaciation en 2019", selon un communiqué de presse conjoint UE/FAO/OCHA/UNICEF/USAID/PAM.
 
La même source note qu’il s’agit du plus haut niveau d’insécurité et de malnutrition alimentaire aiguë enregistré depuis la première édition du rapport en 2017.
 
Le communiqué conjoint relève qu’en outre, en 2019, "183 millions de personnes étaient classifiées comme étant en situation de stress (…), entre la faim aiguë et le risque de tomber dans une situation de crise ou pire (…) en cas de choc ou de facteur de stress comme la pandémie du COVID-19".
 
"Plus de la moitié des 135 millions de personnes (73 millions) concernées par le rapport vivent en Afrique, 43 millions vivent au Moyen-Orient et en Asie et 18,5 millions vivent en Amérique latine et aux Caraïbes", lit-on dans le document.
 
Il souligne que les principaux facteurs derrière les tendances analysées dans le rapport sont : les conflits, (le facteur clé qui a poussé 77 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë), le changement climatique (34 millions de personnes) et les turbulences économiques (24 millions).
 
Le rapport mondial sur les crises alimentaires est publié par plusieurs agences des Nations Unies, gouvernementales et non gouvernementales travaillant à lutter contre les premières causes de la faim extrême.
 
Le rapport qui s’appuie sur le Réseau d’information sur la sécurité alimentaire (FSIN) est le résultat d’un processus regroupant 15 partenaires spécialisés dans l’humanitaire et le développement.
 
Le communiqué conjoint cite entre autres le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), l’Union européenne (UE), le Réseau de système d’alerte précoce des famines (FEWS NET), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).


OID/ASB