Plaidoyer pour plus de moyens dans la prise en charge de la cataracte
APS
SENEGAL-SANTE

Plaidoyer pour plus de moyens dans la prise en charge de la cataracte

Dakar, 17 oct (APS) - Le coordonnateur national de lutte contre la cécité, Dr Boubacar Sarr a plaidé lundi à Dakar pour la mise en place de moyens en vue de prendre en charge les cas de cataracte de "façon routinière et permanente".
 
"Chaque année au Sénégal, nous avons 24000 nouveaux cas de cataracte. Ce qu’il nous faut, c’est d’avoir plus de moyens de les prendre en charge de façon routinière et permanente’’, a-t-il déclaré lors de la cérémonie de célébration de la Journée mondiale de la vue axée sur le thème : "Faire en sorte que la vision compte". 
 
Selon Dr. Sarr, il faut renforcer la coopération entre les acteurs par des échanges surtout, en matière des ressources humaines, tout en profitant d’opportunités offertes par des campagnes de chirurgie de la cataracte.
 
"Cette campagne menée par la ligue Islamique mondiale, permet aux autorités de mesurer le problème et de faire les efforts qu’il faut dans ce sens", a-t-il estimé. 
 
Il a fait valoir que les autorités prennent plus en considération les maladies ayant un taux élevé de mortalité, alors que la question de la vision reste importante et nécessaire dans le domaine de santé publique.
 
’’La ligue islamique a profité de cette occasion pour préparer une première caravane dans la région de Mbacké du 12 au 17 octobre pour la prise en charge des malades’’, a pour sa part noté, le Directeur de la ligue Islamique mondiale, Mahmoud Omar Falatah. 
 
Il a informé que près de 4000 malades sur les 24000 nouveaux cas ont été consultés et 350 opérations de cataracte déjà enregistrées durant cette caravane de 5 jours. 
 
Selon le secrétaire général de l’union pour la solidarité et l’entraide (USE- centre Bopp), Mamadou Diop, c’est le moment de demander à l’Etat de renforcer ses actions dans le domaine de la vue et d’inviter d’autres acteurs de s’impliquer davantage pour atteindre les objectifs qui leur sont assignés. 
 
’’Nous invitons nos autorités à réfléchir davantage sur comment mieux coordonner et motiver les différents acteurs qui interviennent dans ce domaine’’, a-t-il plaidé avant d’ajouter que c’est un cri d’alarme qu’il lance à l’ensemble des acteurs pour que chacun puisse lutter contre la cécité. 
 
’’Le district de Mbacké dont je suis médecin-chef, a bénéficié cette année de consultations en Ophtalmologie, notamment de la prise en charge de la cataracte. Nous avons bénéficié d’une consultation d’à peu près de 5 mille personnes parmi lesquelles 400 patients devront être opérés’’, a quant à elle soutenu, Dr Adama Aïdara. 
 
Elle a de ce fait souhaité que cette activité se fasse tous les 6 mois dans les 2 ans ou chaque année en vue d’aider la population souffrant de cette maladie.

AMN/ASB