Plaidoyer pour des échanges
APS
SÉNÉGAL-MALI-SOCIETE

Plaidoyer pour des échanges "périodiques" sur la lutte contre le mariage d’enfants en zone frontalière

Tambacounda, 19 mai (APS) - Des professionnels de la santé et leaders religieux se sont engagé, samedi, à mettre sur pied et à maintenir un espace périodique d’échanges dans le but d’apporter des solutions au phénomène de mariage d’enfants dans les régions de Tambacounda (Sénégal) et Kayes (Mali).

 
 
Une trentaine de jeunes leaders du Mali et du Sénégal ont rencontré et discuté avec l’autorité administrative territoriale, des inspecteurs de l’éducation, des leaders religieux et des professionnels de la santé de questions ayant trait à la lutte contre les mariages précoces.
 
Ces visites de terrain se sont tenues au terme d’un forum de trois jours initié par l’ONG Plan international sur l’élaboration d’une stratégie de lutte contre les mariages précoces et le maintien des filles à l’école dans les deux pays.
 
L’objectif principal de la recentre est de "maintenir un espace ou cadre périodique de discussion et d’échange d’idées entre les professionnels de la santé et les leaders religieux dans le but d’apporter des solutions aux mariages précoces dans la zone frontalière entre les deux pays".
 
L’Adjoint au préfet de Tambacounda, Ousmane Dia a souligné la nécessité de renforcer la stratégie mise en place dans la région pour permettre aux jeunes filles de vivre leur enfance.
 
Il a appelé les hommes, en particulier les pères de familles, les chefs religieux ainsi que les leaders communautaires à s’engager dans le combat contre les mariages précoces.
 
La même invite a été aussi lancée par la présidente des groupements feminins de Tambacounda, Aby Cissé, soulignant que "la lutte contre ce phénomène, ce mal qui est encore dans la région, est certes difficile mais pas impossible".

"Il faut mettre en œuvre toutes les politiques clés et les instruments juridiques relatifs aux droits de l’homme, à l’égalité des sexes, à la santé maternelle et infantile et aux pratiques traditionnelles pour promouvoir l’autonomisation et la participation des filles et des femmes dans le développement ", a-t-elle dit.
 
L’Abbé Jean-Marc Nyouky du Diocése de Tambacounda a lui pris l’engagement de faire des prêches sur le sujet lors des séances de prières, cérémonies de mariages et de baptêmes pour sensibiliser la population.
 
Il a également invité les guides religieux à être plus regardants sur l’âge des futurs mariés afin de réduire les mariages d’enfants.


SDI/PON