Le PIPADHS va ériger 66 garderies et 150 salles de classe préparatoire dans 7 régions
APS
SENEGAL-ENFANCE-

Le PIPADHS va ériger 66 garderies et 150 salles de classe préparatoire dans 7 régions

Fatick, 30 sept (APS) - Au total, 66 cases des tout-petits et 150 salles de classe préparatoire à l’élémentaire seront construites dans sept régions du Sénégal dans le cadre de la mise en œuvre du Projet investir dans les premières années pour le développement humain au Sénégal (PIPADHS), a appris l’APS.
 
Les régions de Diourbel, Kaffrine, Kaolack, Kolda, Matam, Tambacounda et Fatick sont celles appelées à accueillir ces infrastructures, a-t-on notamment appris lors d’un comité régional de développement (CRD) organisé mardi à Fatick, une localité du centre du pays.

‘’Le choix de ces régions est lié au fait qu’elles ont les indicateurs de développement humain parmi les plus bas du pays’’, a expliqué Alioune Fall, coordonnateur du projet à l’issue de la réunion consacrée à l’installation du comité régional de suivi de cette initiative.

Il a rappelé que le projet était financé par la Banque mondiale à hauteur de 42 milliards de francs CFA pour une durée de cinq ans.

‘’La construction de ces structures va nous permettre d’améliorer le taux national d’accès au préscolaire actuellement à 17% jusqu’à 22% voire 24% à l’horizon 2024’’, a-t-il ainsi fait valoir.

Il a également indiqué que le projet allait financer la construction 14 ‘’daaras’’ (écoles coraniques) préscolaires, qui vont permettre aux enfants âgés de 0 à 5 ans, de la petite enfance, dont les parents ont choisi un apprentissage coranique, un enseignement religieux.

Alioune Fall a signalé que pour cette année (2020) Fatick allait bénéficier de quatre cases des tout-petits et deux ‘’daaras préscolaires’’.

Le PIPADHS Y prévoit pour cette année, la construction de 22 classes préparatoires à l’élémentaire (CPE) sur les 150 prévues dans le cadre de sa mise en œuvre.

Selon lui le projet repose sur trois composantes : améliorer la nutrition infantile et la stimulation précoce, élargir l’accès à des services d’apprentissage précoce de qualité, et élargir la couverture des services pour protéger les enfants avec une activité phare liée à l’enregistrement des naissances.

Il s’agit d’arriver à l’horizon 2024, c’est d’arriver à ce que 207. 000 enfants âgés de O à 5 ans puissent accéder aux structures de développement intégré de la petite enfance dans le volet apprentissage, a-t-il laissé entendre.

‘’On va Faire en sorte que plus de 600.000 enfants puissent accéder à l’enregistrement des naissances à la fin du projet’’, a-t-il poursuivi, rappelant, qu’au Sénégal, seul un enfant sur trois est déclaré à la naissance.

‘’Le projet, c’est aussi une composante nutrition qui veut permettre à 900 000 enfants de bénéficier des activités de suivi de la nutrition’’, a-t-il encore souligné son coordonnateur

Le CRD a été présidé par le gouverneur de la région de Fatick, Seynabou Guèye en présence de la directrice de l’Agence nationale de la petite enfance et de la case des tout-petits, Thérèse Faye Diouf.

AB/AKS

 

AB/AKS