Partenariat international sur l’information et la démocratie : Le Sénégal parmi les signataires de l’initiative de RSF
APS
MONDE-MEDIAS

Partenariat international sur l’information et la démocratie : Le Sénégal parmi les signataires de l’initiative de RSF

Dakar, 26 sept (APS) – Vingt Etats dont le Sénégal ont signé, ce jeudi, à New-York, lors de l’Assemblée générale de l’ONU le Partenariat international sur l’information et la démocratie initié par Reporters sans frontières (RSF). 
 
"Lors de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, vingt États ont signé un accord intergouvernemental historique initié par Reporters sans frontières (RSF). Avec le Partenariat international sur l’information et la démocratie, les États promeuvent les principes démocratiques dans l’espace digital", a indiqué RSF dans un communiqué transmis à l’APS.
 
Les Etats signataires sont l’Afrique du Sud, l’Allemagne, l’Australie, le Canada, le Chili, la Corée du Sud, le Costa Rica, la Croatie, le Danemark, la France, l’Inde, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Liban, la Norvège, les Pays-Bas, le Sénégal, la Tunisie et le Royaume-Uni. 
 
"L’Initiative sur l’information et la démocratie lancée par Reporters sans frontières (RSF) a permis la signature d’un accord intergouvernemental inédit à l’Assemblée générale de l’ONU le 26 septembre 2019", souligne le communiqué, ajoutant que le Partenariat sur l’information et la démocratie "permettra la mise en œuvre de garanties démocratiques dans l’espace de la communication et de l’information". 
 
Selon RSF, "ce texte historique" qui "formalise leurs engagements à favoriser l’accès à une information libre, indépendante, plurielle et fiable" instaure "des principes démocratiques, comme la neutralité politique, idéologique et religieuse des algorithmes et la transparence de leur fonctionnement". 
 
Le document "porte enfin sur la responsabilité des fournisseurs de services en ligne à favoriser l’information fiable et le pluralisme de l’indexation pour sortir du +chaos informationnel+".
 
Cité dans le communiqué, Christophe Deloire, le Secrétaire général de RSF a déclaré : "si ce ne sont pas les démocraties qui fixent les règles, les intérêts privés et les dictateurs s’en chargent (...). Ils ont remplacé les parlements pour réguler l’espace de la communication et de l’information". 
 
"C’est pourquoi nous avons entrepris de reconstruire un système de garanties démocratiques, adapté à l’ère technologique", a-t-il ajouté devant plus de 50 ministres des Affaires étrangères et 20 représentants de délégations réunis pour le lancement de "l’Alliance pour le multilatéralisme" aux Nations unies. 
 
Le communiqué rappelle que la Commission internationale sur l’information et la démocratie initiée par RSF, co-présidée par Christophe Deloire et Shirin Ebadi, lauréate du Prix Nobel de la Paix, s’est réunie pour la première fois le 11 septembre 2018. 
 
Elle a publié, début novembre 2018, la Déclaration sur l’information et la démocratie soutenue dans la foulée par douze chefs d’Etat et de gouvernement, et saluée par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, et le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland.
 
La Déclaration de la Commission a par la suite déclenché un processus politique qui a reçu le soutien unanime du G7 à Biarritz (France) en août 2019, à l’initiative du président français Emmanuel Macron, avant d’aboutir à l’Assemblée générale de l’ONU. 
 
"Cet accord international est une avancée majeure. Initiée par la société civile, ce projet emporte le soutien des champions régionaux, de la Corée du Sud au Costa Rica, du Canada à la Tunisie", a expliqué Christophe Deloire. 
 
"C’est une dynamique forte. Elle permettra de mobiliser les plateformes car le pouvoir dont elles disposent sur le fonctionnement de l’espace public induit de grandes responsabilités", a-t-il soutenu.
 
Le texte du partenariat "salue le travail engagé par Reporters sans frontières (RSF) pour favoriser la mise en œuvre du partenariat, à travers la création d’un Forum sur l’information et la démocratie, qui aura pour vocation de proposer des principes sur lesquels la régulation et l’autorégulation puissent être fondés", selon le communiqué, précisant qu’il "s’agira d’une nouvelle organisation pilotée par la société civile". 
 
"La gouvernance du Forum garantira son indépendance, une condition pour mettre toutes les parties prenantes autour d’une même table, notamment les États, les plateformes et les médias, pour favoriser la régulation et l’autorégulation de manière pertinente", a expliqué Thomas Friang, chef du service plaidoyer de RSF.
 
Selon le communiqué, "ce Forum devrait être inauguré mi-novembre à Paris par une coalition d’organisations indépendantes".


OID/ASB