ACTUALITES
Ouverture à Rabat d’un forum sur le changement climatique et la sécurité en Afrique
APS
AFRIQUE-ENVIRONNEMENT-SECURITE

Ouverture à Rabat d’un forum sur le changement climatique et la sécurité en Afrique

De l’envoyé spécial de l’APS, Amadou Sarra Bâ

Rabat, 2 déc (APS) - La quatrième édition de l’Africa Security Forum (ASF) s’est ouverte lundi à Rabat, en présence de plus de 400 participants ‘’de haut niveau’’ et des représentants de 31 ‘’think tanks’’, a constaté l’APS.
 
Les participants venus de 69 pays dont 53 africains discutent de ‘’l’impact du changement climatique sur la sécurité en Afrique’’, à l’occasion de cette rencontre considérée comme un ‘’incubateur d’idées’’.
 
On trouve parmi les participants des ministres, des responsables des administrations des pays représentés, des chercheurs, des représentants de la société civile et d’entreprises.
 
L’ASF est organisé par le ‘’think tank’’ marocain Atlantis et le Forum international des technologies de la sécurité (FITS).
 
Les participants discutent de plusieurs sous-thèmes : ‘’Sécurité alimentaire et gestion de l’eau’’, ‘’Accroissement démographique et développement agricole’’, ‘’Anticiper les solutions de demain’’, etc.
 
‘’Le changement climatique bouleverse l’équilibre de la planète à un tel degré qu’il est difficile de cerner précisément son impact. Une chose est sûre toutefois, ses conséquences sur les écosystèmes, la biodiversité et les sociétés humaines soulèvent dès aujourd’hui de sérieux problèmes en matière de sécurité’’, explique une note d’information de l’Africa Security Forum remis aux journalistes.
 
Ce document présente l’Afrique comme ‘’le continent le plus vulnérable de la planète, le plus vulnérable aux impacts des changements climatiques en raison des défis politiques, socio-économiques et démographiques auxquels il faut faire face’’.
 
‘’Les changements climatiques peuvent menacer la sécurité et la stabilité des pays, si rien n’est fait’’, avertit Driss Benomar, le président d’Atlantis.
 
Il a surtout insisté sur la raréfaction de l’eau et la sècheresse, qui peuvent, selon lui, engendrer de ‘’micro-conflits’’ entre éleveurs et agriculteurs, ce qui doit inciter les Etats à réfléchir à un nouveau modèle de coopération interafricaine, dans le but de relever les défis des changements climatiques.
 
L’ancien ministre français et fondateur de la Fondation ‘’Energies pour l’Afrique’’, Jean-Louis Borloo, qui prend part au forum, estime que cette rencontre est ‘’décisive’’. L’ASF se tient au moment où s’ouvre à Madrid la 25e Conférence des Nations unies sur le climat (COP25), fait-il remarquer.


ASB/ADL/ESF