Aly Saleh Diop :
APS
SENEGAL-LEGISLATIVES-CAMPAGNE

Aly Saleh Diop : "Mankoo Takhawu Sénégal n’a pas peur de BBY’’

Dahra, 12 juil (APS) - La tête de liste départementale de "Mankoo Takhawu Sénégal" (opposition) à Linguère, Aly Saleh Diop, a indiqué, mardi à Dahra, que cette coalition "n’a pas peur" du camp de "Benno Bokk Yakaar" (BBY, mouvance présidentielle).
 
"Nous n’avons pas peur de la coalition Benno Bokk Yakaar, car elle a échoué. Elle n’a pas fait quelque chose qui puisse vraiment nous inquiéter en terme de bienfaits pour les populations", a-t-il martelé lors d’une rencontre avec la presse.

"Vous savez, en tout lieu et tout temps, notre démarche est de dire et faire ce qu’on doit faire. Il reste aux populations de prendre la décision de voter pour les hommes et les femmes qu’il faut et nous pensons être ces personnes", a-t-il ajouté.
 
Poursuivant son propos, il a déclaré : "Je dois également ajouter quelque chose qui me semble extrêmement importante : nous sommes dans des élections législatives. L’évaluation de l’action gouvernementale, donc de l’exécutif, se fait en 2019.

Selon lui, ce dont il s’agit aujourd’hui, c’est du choix des députés qui doivent être à l’Assemblée nationale, pour "pouvoir voter les lois, être en face du gouvernement pour apprécier ce qui vient de ce gouvernement pour voire dans quelle mesure cette offre gouvernementale doit répondre aux besoins des populations", a-t-il expliqué.
 
Parlant des bourses familiales, il a jugé que "leur applicabilité n’est pas bonne dans la mesure où ça ne permet pas aux populations bénéficiaires de sortir de la paupérisation’’.

"Or, par essence au Brésil qui a inspiré le Sénégal dans ce programme on a vu que les populations s’en sont sorties. Le concept politicien qui entoure les bourses familiales au Sénégal, la modicité des sommes qui sont distribuées sur l’espace temps ne permet pas aux populations visées de s’en sortir. Et je pense que le gouvernement fait fausse route en voulant injecter autant d’argent de cette nature, il y a d’autres pistes’’, a-t-il fustigé.
 
Au sujet du Train Express régional (TER), il s’est dit d’avis que les 500 milliards de francs qui seront investis auraient pu permettre de construire bien d’autres infrastructures encore.

ADS/ASG/ASB