Mort de Fallou Sène : A Pattar, Idrissa Seck condamne la
APS
SENEGAL-SOCIETE-DIVERS

Mort de Fallou Sène : A Pattar, Idrissa Seck condamne la "violence policière"

Pattar (Diourbel), 21 mai (APS) - Le président du parti Rewmi (opposition), Idrissa Seck a condamné, lundi à Pattar (Diourbel), la "violence policière" qui a conduit à la mort le 15 mai dernier de Mouhamadou Fallou Sène lors d’affrontements entre les forces de l’ordre et les étudiants de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis, a constaté l’APS.
 

"Je voudrai renouveler ma condamnation de cette violence policière parce que le maintien de l’ordre ne signifie pas tuer et assassiner. Il y a des règles extrêmement précises d’engagements des forces de sécurité et de défense en matière de maintien de l’ordre", a dit Idrissa Seck, venu présenter ses condoléances à la famille du défunt Mouhamadou Fallou Sène. 

"L’objet de mon déplacement à Pattar dans le département de Diourbel était de venir présenter mes condoléances et celles de ma formation politique à la famille de l’étudiant Fallou Sène et au peuple sénégalais", a-t-il dit. 

Idrissa Seck a dit "être indigné" face à cet évènement malheureux qui a "provoqué la mort d’un jeune plein d’avenir et sur qui l’espoir était fondé".

Le président du parti Rewmi se dit "vraiment rassuré d’avoir trouvé une famille de musulmans et de talibés mourides qui, sous la conduite de leur guide religieux [Serigne Cheikh Niang], ont accepté avec dignité l’épreuve qu’elle vient de subir et qui est une épreuve extrêmement douloureuse".

"J’ai été aussi frappé par les témoignages très positifs que les parents et la famille ont fait, ainsi que son guide religieux sur le jeune Fallou Sène qui avait comme intention, aux termes de ses études, d’être au service de sa famille et de sa communauté toute entière", a relevé le responsable politique.

Les témoignages faits par les proches "permettent de mesurer l’étendue du drame de cet assassinat d’un étudiant prometteur sur qui comptait une large famille ici à Pattar", a ajouté Idrissa Seck.

Il a par ailleurs pris l’engagement de matérialiser la volonté de Mouhamadou Fallou Sène qui, selon ses parents, envisageait de remplacer les palissages et zincs qui entourent la concession familiale par un mur.

FD/PON