APS
SENEGAL-MONDE-MEDIAS

"Médias, justice et Etat de droit : les contrepoids du pouvoir" au menu de la JMP

Dakar, 3 mai (APS) – Le Sénégal célère ce mercredi la Journée mondiale de la liberté de la presse (JMP) axée cette année sur le thème : "Médias, justice et Etat de droit : les contrepoids du pouvoir".

Pour célébrer l’évènement, l’ONG Article 19 Afrique de l’Ouest en collaboration avec le CESTI (Centre d’Etudes des sciences et techniques de l’Information) organise un panel autour du thème central : "Médias, Justice et Etat de droit : les contrepoids du pouvoir".
 
La rencontre est prévue à la Case Foyer du CESTI, à partir de 14h, indiquent les organisateurs dans un communiqué reçu à l’APS.
 
Parlant de la situation des journalistes dans le monde et plus particulièrement en Afrique, l’ONG qui défend "la liberté d’expression et d’information" déplore "chaque année des cas de restrictions ou d’injustices enregistrées dans l’exercice de la fonction de journaliste".
 
Pour Article 19, la célébration de la JMP donne l’occasion "de se pencher sur ces situations" et "trouver les voies et moyens permettant une pratique journalistique plus aisée susceptible de répondre sans ambages aux politiques de démocratie, de bonne gouvernance et d’Etat de droit où toutes les libertés individuelles seraient respectées".
 
De son côté, la Coordination des associations de presse (CAP) organise un panel à 9h 30 à l’amphithéâtre de l’ISEG sis à Sacré-Cœur, sur le thème : "Quel avenir pour les médias avec le vote du Code de la presse ?".
 
Les organisateurs annoncent différentes : "Les opportunités (ou avancées) qu’offre le Code de la presse à la profession" par la journaliste Diatou Cissé, "Les pièges des dispositions administratives et pénales" par le Pr Sellé Seck, "Les avantages économiques du Code" par Mamadou Ibra Kane et Abdoul Azziz Bathily, "La place de la formation des professionnels dans le Code" par Mame Less Camara et Baba Diop.
 
Il y a un an, jour pour jour, la CAP organisait une marche à Dakar pour dénoncer la précarité dans le secteur des médias et réclamer l’adoption d’un nouveau Code la presse. 
 
Ce Code en projet depuis 2010 a été adopté en 2017 et ses décrets d’application sont en cours d’élaboration. Autre texte phare attendu par la profession : la nouvelle convention collective des journalistes.
 
La Journée mondiale de la Liberté de la presse a été instaurée en décembre 1993 par l’ONU, suite au séminaire pour le développement d’une presse africaine indépendante et pluraliste à Windhoek en Namibie (1991). Ce séminaire a conduit à l’adoption du 3 mai 1991 de la Déclaration de Windhoek pour la promotion de médias indépendants et pluralistes.
 
Ce 3 mai est célébré le 25e anniversaire de la Journée mondiale de la presse dont l’événement phare, organisé par l’UNESCO et le gouvernement ghanéen, se tiendra à Accra du 2 au 3 mai en présence du Président du Ghana, Nana Akufo-Addo, selon l’UNESCO.
 
Le thème "Médias, justice et Etat de droit : les contrepoids du pouvoir" explore "l’interaction entre le système judiciaire et les médias, ainsi que leurs rôles complémentaires dans la promotion de la transparence, la responsabilité et la gouvernance".

OID/ASB