APS
SENEGAL-MEDIAS-HISTOIRE

"Mam Less Dia, c’est l’élégance du verbe et du propos (Abdou Latif Coulibaly)

Dakar, 17 oct (APS) – Le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a dit retenir de Mam Less Dia, "la rigueur avec laquelle il écrivait ses papiers", mais surtout "l’élégance du verbe et du propos" du journaliste. 

Le ministre s’exprimait lundi lors du colloque organisé à la Maison de la presse, vingt ans après la disparition du fondateur du journal satirique "Le Politicien", décédé le 16 octobre 1997. 
 
"J’ai connu Mam Less Dia à travers sa belle signature, sa belle plume, j’étais jeune étudiant à l’université de Dakar à l’époque, assoiffé de liberté, contestataire sur certaine manière, on aimait bien la plume de Mam Less qui exprimait des idées qui n’étaient pas forcément celles de l’époque", se rappelle-t-il.. 
 
Abdou Latif Coulibaly était surtout admiratif "du fondement de la pensée de Mam Less qui était structurée autour d’idées fondamentalement et reposait sur des principes". 
 
Le ministre de la Culture dit-être nostalgique de cette période qui n’était pas un âge d’or, mais qui correspondait à une période de la pratique du journalisme qui lui plaisait beaucoup, car le journaliste était quelqu’un de cultivé, qui comprenait le monde dans lequel il était". 
 
Pour lui, "la capacité de Mam Less à dire non", "sa soif de liberté" et "l’expression d’une pensée totalement indépendante", qualifient l’homme, le journaliste qu’il était. 
 
Pour garder cette mémoire du "pionnier" du journalisme satirique au Sénégal, les organisateurs du colloque comptent éditer un livre sur la vie et l’œuvre de Mam Less Dia, un film documentaire et la numérisation et digitalisation des archives du "Politicien".
 
Inspiré du Canard enchaîné, hebdomadaire satirique français, "Le Politicien" est créé en 1977 par Mame Less Dia, né en 1940 et qui a débuté instituteur avant de rejoindre les rangs du PAI.
 

"Le Politicien" est considéré comme le premier titre satirique du Sénégal, le premier d’Afrique francophone et l’un des premiers du continent. Il tirait parfois jusqu’à 70 000 exemplaires.

 


FKS/ASB