Lycée Maurice Delafosse : les cours vont commencer dès jeudi (proviseur)
APS
SENEGAL-EDUCATION

Lycée Maurice Delafosse : les cours vont commencer dès jeudi (proviseur)

Dakar, 5oct (APS) - Les cours vont démarrer dès ce jeudi 6 octobre au lycée Maurice Delafosse, a assuré le proviseur de cet établissement scolaire, Mamadou Ndiaye.
 
Les enseignements n’ont pas en effet débuté ce mercredi, premier jour de la rentrée des classes, tel que voulu par le concept ‘’Ubi tey, jang’’. Le proviseur explique en fait que ‘’cette journée est dédiée à l’amphi de rentrée’’, assurant que, ‘’dès demain [jeudi], les cours vont commencer‘’.
 
‘’Il faut voir ’’ ubi tay jang tay ‘’comme un concept mobilisateur’’, a-t-il poursuivi, soulignant que les conditions sont bien réunies au niveau de l’établissement pour commencer le plus vite possible les enseignements.
 
Il estime d’ailleurs que la non effectivité du concept ‘’ubi tey, jang tey’’ s’explique par les fêtes qui ‘’se sont répétées au Sénégal’’. La conséquence de cette situation est que ‘’les parents d’élèves ont du mal à joindre les deux bouts‘’, a-t-il avancé.
 
Selon lui, l’inscription n’étant ‘’pas obligatoire les premiers mois’’, les élèves n’ont donc aucun prétexte pour ne pas démarrer les cours’’.
 
‘’Il faut dire aussi que les établissements rencontrent des fortunes diverses allant des problèmes d’inondations aux problèmes des orientations en passant par la désinfection des écoles’’, a-t-il ajouté.
 
Selon lui, il y a certains d’élèves qui n’ont pas encore été orientés et que mis à part les écoles privées qui ont commencé leurs inscriptions depuis deux mois, tous les autres établissements ne pourront pas respecter la consigne du ministre de l’Education nationale ‘’ubi tay jang tay’’.
 
Du côté des élèves, les avis restent partagés sur la faisabilité de ce concept. ‘’Je suis venue pour m’inscrire, je ne suis même pas dans les dispositions pour faire cours aujourd’hui‘’, déclare Fatoumata, élève en classe de première. ‘’Je compte commencer les cours après la Tamkharite [Achoura]‘’, ajoute-t-elle 
 
Fanta Sané, une élève en classe de terminale, se dit elle prête à faire cours même si les conditions ne sont pas réunies.

MMN/ASG