Les vendeurs de légumes du Marché central de Thiès mettent fin à 3 jours de grève
APS
SENEGAL-COMMERCE-SOCIAL

Les vendeurs de légumes du Marché central de Thiès mettent fin à 3 jours de grève

Thiès, 28 juin (APS) - Les vendeurs de légumes du marché central de Thiès ont mis fin mercredi à trois jours de grève, après qu’un des leurs, le délégué du marché Thierno Ciss, arrêté dans une affaire l’opposant à une entreprise, a recouvré la liberté, a appris l’APS, mercredi.

La décision d’arrêter ce mot d’ordre a été prise après que le prévenu a écopé d’une peine de 3 mois avec sursis, prononcée le même jour par le tribunal de grande instance de Thiès, ont rapporté les responsables du Groupement d’intérêt économique (GIE) auquel appartiennent ces vendeurs.

"Aujourd’hui, on est à notre troisième jour de grève, mais demain nous reprendrons nos activités", a indiqué à l’APS, Lamine Diaw, président du GIE qui rassemble les vendeurs de légumes du marché central.

Sous le hangar, objet du litige, où Thierno Ciss et d’autres marchands vendent des oignons, plusieurs dizaines de personnes, dont des représentants d’autres marchés de Thiès, les responsables qui avaient lancé un mot d’ordre de grève suite à l’arrestation par la police, d’un d’entre eux, ont salué la solidarité dont ont fait preuve les légumiers pour soutenir leur camarade.

Thierno Ciss, par ailleurs responsable départemental de l’Unacois/Jappoo, a indiqué à l’APS avoir refusé d’obtempérer à la sommation d’un huissier pour le compte du promoteur d’une entreprise chargée de réaliser un projet de 400 étals sur les lieux qu’ils occupent.

"J’ai répondu à la sommation en précisant que cet entrepreneur ne pouvait pas me faire quitter cet espace car il ne m’y avait pas installé", a-t-il raconté.

Les marchands de légumes font partie avec les poissonniers, des premiers occupants du marché central de Thiès, et c’est surtout leur présence qui a attiré d’autres commerces, a relevé Lamine Diaw. "Maintenant que les choses se sont développées, on veut nous mettre à l’étroit", a-t-il indiqué.

"Nous sommes prêts à rejoindre un autre site, à condition qu’on nous y mette toutes les commodités, a poursuivi Lamine Diaw, ajoutant que "si les légumiers étaient délocalisés, ils seraient encore rejoints d’ici 5 ans".

"Depuis longtemps on a alerté les autorités sur la nécessité d’agrandir le marché central qui manque d’espace de stockage de légumes à la hauteur de la production de la région", a-t-il ajouté, soulignant le besoin d’un "marché moderne".

"Nous l’accompagnerons (Thierno Ciss) pour qu’il ne se soit pas mis en minorité, parce que si on le déloge, tous les autres suivront", a dit Serigne Saliou Sall, membre fondateur de l’association des légumiers, devenue GIE avec 5.000 membres.

M. Sall a relevé que la grève a été bien suivie et ressentie par les autres secteurs du marché. Badou Mbaye, du marché Moussanté, a au nom des autres marchés- Grand-Thiès, Sofraco, Garage -, souligné la nécessité de "redresser" le bureau du marché central, qui est la "base" des autres points de vente de la ville.

"Nous n’accepterons pas que les vendeurs de légumes soient jetés dehors, ce n’est pas négociable. Si ces travaux doivent être effectués ici, cela se fera dans des conditions claires, en prenant en compte les actuels occupants", a-t-il dit.

ADI/ASG/ASB