Les temps forts de l’Environnement en 2020 malgré la Covid-19
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT-RETRO

Les temps forts de l’Environnement en 2020 malgré la Covid-19

Dakar, 28 déc (APS) - Le vote de la loi 2020-04 du 08 janvier 2020, relative à la prévention et à la réduction de l’incidence des produits plastiques, la campagne de reboisement, l’annonce du Grand prix du chef de l’Etat pour l’environnement, des litiges fonciers, entre autres sujets, ont dominé l’actualité environnementale en 2020.
 
’’Seul un sursaut national permettrait de venir à bout du péril plastique’’, avait dit le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, suite à des saisies récurrentes de sachets plastiques au niveau des marchés.
 
L’entrée en vigueur de cette loi, depuis le 20 avril dernier, a permis de procéder à des saisies considérables de sachets plastiques dans plusieurs régions, notamment à Dakar où, dernièrement, à la Rue Tolbiac, 15 tonnes de sachets plastiques ont été confisquées par les services du ministère, en collaboration avec les forces de l’ordre.
 
Parmi les mesures de préservation de la nature initiées cette année par l’Etat du Sénégal figure aussi la création du prix du chef de l’Etat pour l’environnement et la protection des forêts et du reboisement.
 
Lors de la journée mondiale de l’arbre, célébrée le 9 août dernier, le président Macky Sall avait d’ailleurs exprimé sa volonté de ‘’faire de la reforestation, une activité majeure’’.
 
A cette occasion, Macky Sall avait symboliquement planté un baobab (adnsonia digitata, nom scientifique), arbre parrain de cette 37ème édition.
 
Le chef de l’Etat a profité de la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres du 29 juillet 2020 pour annoncer la création du Grand Prix du président de la République pour le reboisement et la protection de l’environnement.
 
Cette initiative entre dans le cadre de la célébration de la journée nationale de l’Arbre et l’intensification des campagnes nationales de reboisement.
 
Aussi, Macky Sall a proposé dans le cadre du code de la construction et du code de l’urbanisme, l’obligation de planter des arbres devant les maisons et de faire en sorte qu’ils puissent être suivis.
 
Dans le cadre de cette volonté politique réaffirmée, une vaste campagne de reboisement dans diverses localités du pays, a été initiée par les services du département de l’Environnement sous l’égide du ministre Abdou Karim Sall.
 
L’objectif était de classer une dizaine de forêts dans cinq régions, pour une superficie de 75 000 hectares.
 
En outre, la campagne de reboisement 2020, lancée lors de la journée mondiale de l’arbre, avait un objectif de 20 millions d’arbres plantés.
 
A cet égard, plus de 6 millions de plants sont produits par la direction des Eaux et forêts, toutes espèces confondues, pour un objectif de 13 millions en 2020.
 
A Saint Louis, par ailleurs, les travaux de construction de la digue de protection de la Langue de Barbarie vont bientôt démarrer.
 
L’objectif est de protéger les populations de l’avancée de la mer. Elle sera construite, sur un linéaire de 2150 mètres par un enrochement depuis la pointe de pitre jusqu’au quai de pêche de Guet-Ndar, pour un coût de 10,5 milliards de francs CFA, et sera finalisée dans 18 mois.
 
L’autre volet marquant de l’actualité de 2020 qui touche au secteur de l’environnement est la mise en place, par l’unité de coordination de la gestion des déchets solides (UCG), de près de 50 points de regroupement normalisés (PRN), dans l’optique d’un meilleur cadre de gestion des ordures dans des villes testes telles que à Dakar, Rufisque et Thiès.
 
Cette initiative est une réponse à la prolifération de dépôts sauvages constatés un peu partout dans le pays.
 
De même, parmi les points saillants du secteur cette année, figure le lancement des travaux de pose des conduites de l’Usine de dessalement des Mamelles par la SONES, selon qui, la conduite principale de distribution de l’eau qui sera produite par l’Usine s’étale sur 10,4 kilomètres, sur un tracé allant des Mamelles à la Patte d’Oie.
 
L’objectif de ce projet, qui s’inscrit dans le cadre d’Actions prioritaires du PSE, est d’améliorer l’alimentation en eau potable des zones de consommation comme Yoff, APECSY, Nord Foire, les Parcelles Assainies et la Patte d’Oie.
 
Quant à la troisième usine de traitement d’eau potable de Keur Momar Sarr (KMS3), le ministre de l’Eau et de l’Assainissement espère le démarrage de la production le 31 mars 2021.
 
D’autre part, le litige foncier opposant les habitants du village de Ndingler et un opérateur économique sénégalais, reste également l’un des faits marquant l’année 2020.
 
De fait, une solution provisoire a été trouvée après un arbitrage du chef de l’Etat, Macky Sall.
 
Au niveau mondial, la Conférence des parties sur les changements climatiques (COP26), initialement prévue à Glasgow (Ecosse), n’a pas été épargnée par la pandémie de la Covid 19, qui justifie son report à l’année prochaine.

Par contre, l’ONU, le Royaume Uni et la France ont tenu un sommet virtuel, pour marquer l’anniversaire de l’Accord de Paris, à la COP 21 de 2015.
 
L’objectif est de faire pression en faveur d’une action climatique et d’une ambition beaucoup plus grande en matière de climat, en vue de limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5°C.
 
Dans le même temps, le Forum mondial de l’eau ‘’Dakar2021’’ a été reporté à mars 2022, sur demande du président de la République Macky Sall, en raison de la pandémie du coronavirus.
 
Néanmoins, le Président Sall a décidé de tenir un forum africain en prélude de cet événement mondial sur la question de l’eau.
 

SBS/MD/OID