Les progrès de la gouvernance en Afrique en deçà des attentes de la jeunesse (étude)
APS
AFRIQUE-DEVELOPPEMENT

Les progrès de la gouvernance en Afrique en deçà des attentes de la jeunesse (étude)


Dakar, 30 oct (APS) – Les progrès de la gouvernance sur le continent africain restent en-deçà des attentes d’une population fortement croissante et de plus en jeune, selon l’Indice Ibrahim de la gouvernance africaine (IIAG).


’’La gouvernance continue de progresser lentement en Afrique, mais reste en-deçà d’une croissance démographique explosive et des attentes de la jeunesse’’, souligne notamment le rapport sur IAAG, dont l’APS a obtenu copie.


’’La forte croissance du produit intérieur brut (PIB) enregistrée durant la dernière décennie sur le continent africain ne s’est traduite par aucune perspective économique pour une jeunesse explosive’’, souligne le document.


Selon l’IIAG, le niveau de gouvernance globale en Afrique maintient une tendance moyenne à l’amélioration au cours de la décennie écoulée, alors qu’environ trois citoyens du continent sur quatre (71,6 %) vivent en 2017 dans un pays où la gouvernance s’est améliorée.


Trop de gouvernements ont échoué à convertir la croissance économique de leur pays en développement économique durable pour leurs concitoyens, déplore l’étude.


Depuis 2008, le score moyen continental en matière de développement économique durable n’a progressé que de 0, 2 % en moyenne, tandis que, sur la même période, le PIB du continent enregistrait une croissance de près de 40 %, indique la même source.


A la lumière de ces données, l’IAAG fait savoir que la progression moyenne du continent en matière de développement économique durable pour ses citoyens s’avère ‘’quasi nulle’’, une dimension restant à la fois la moins performante et la plus lente à progresser de tout l’indice.


La tendance presque stagnante de la dimension développement économique durable contraste de façon brutale avec une croissance démographique explosive et une attente exacerbée de la jeunesse du continent, insistent les auteurs de l’étude.


Au cours de la décennie écoulée, la population du continent s’est accrue de 26 %, alors que 60 % de ses 1, 25 milliard d’habitants sont âgés de moins de 25 ans, fait-on valoir de même source.


L’Indice Ibrahim fait par ailleurs état d’une disparité des scores sur la gouvernance globale illustrée par une progression uniquement tirée par une quinzaine de pays qui accélèrent leur progression au cours des cinq dernières années.


Les auteurs de l’étude évoquent un ‘’bond spectaculaire réalisé entre 2008 et 2017 par le Kenya, le Maroc et la Côte d’Ivoire. 


’’Si 27 pays du continent enregistrent une amélioration en termes de Développement économique durable sur la décennie, pour 25 autres, hébergeant près de la moitié (43,2 %) des citoyens du continent, cette dimension est en régression’’, explique-t-on.


Dans le même temps, l’Indice Ibrahim relève une faiblesse de la corrélation entre le PIB d’un pays et son score en matière de développement économique durable.


Il indique par exemple qu’en 2017, quatre des dix pays ayant le PIB le plus élevé du continent réalisent un score inférieur à la moyenne continentale en matière de développement économique durable et se situent dans la moitié inférieure du classement africain (Algérie, Angola, Nigéria et Soudan).


En revanche, le Cap Vert et les Seychelles, respectivement les 6ème et 5ème plus petites économies du continent, réalisent les 6ème et 5ème meilleurs scores en matière de développement économique durable.

AKS/OID