Les producteurs dénoncent la hausse du prix de l’aliment de volaille
APS
SENEGAL-AVICULTURE

Les producteurs dénoncent la hausse du prix de l’aliment de volaille

Dakar, 4 fév (APS) – Le collège des producteurs de volailles dénonce la hausse du prix de l’aliment de volaille au moment où la crise sanitaire liée à la Covid-19 ’’met en péril le dynamisme de la filière’’.
 
Dans un communiqué transmis à l’APS, ’’les producteurs dénoncent avec la dernière énergie la démarche solitaire du collège des provendiers membre de l’IPAS (Interprofession avicole du Sénégal) qui pourtant offre un cadre privilégié pour le dialogue entre acteurs’’.
 
Le collège des producteurs est présidé par Gora Faye, Secrétaire général adjoint de l’Interprofession avicole du Sénégal (IPAS)
 
Alors que le secteur est confronté aux conséquences de la Covid-19 et de la grippe aviaire, les fabricants de provende ont annoncé, ’’à la surprise générale, une hausse de l’ordre de 10% du prix de l’aliment de volaille’’, fustigent ces producteurs.
 
’’Ce qui pourrait impacter le prix du poulet ainsi que celui de l’œuf’’, ajoute t-ils. 
 
Dans le document, les producteurs ‘’dénoncent le très court délai entre la décision des provendiers et l’application effective de cette hausse, ne donnant ainsi aucune chance à la concertation et à la négociation’’ .
 
Ils ’’condamnent cette hausse jugée inopportune au vu du contexte actuel (…), injustifiée et dangereuse en ce qu’elle sape les équilibres déjà très précaires de la filière’’. 
 
Ils jugent également ’’irrecevable l’argument développé par les provendiers et portant sur la hausse ponctuelle du prix des matières premières sur le marché mondial’’. 
 
Les producteurs parlent d’une ‘’hausse ponctuelle’’ et ajoutent qu’’une analyse plus approfondie permet également de constater des fluctuations dans le sens d’une baisse qui n’ont jamais été répercutées sur les prix de l’aliment volaille’’. 
 
’’Ainsi le prix de l’aliment connaît une hausse constante ces 15 dernières années, qui ne peut se justifier par les cours mondiaux des intrants, alors que le prix du poulet bord champ est resté constant depuis plus d’une décennie’’, soulignent-ils.
 
Le collège des producteurs qui ‘’réaffirme son ancrage’’ dans l’IPAS ‘’réitère sa volonté de ne ménager aucun effort pour le renforcement de l’interprofession’’. Il se dit convaincu que ‘’c’est la condition sine qua none pour que la filière puisse faire face aux innombrables menaces’’.
 
Dans leur communiqué, les producteurs rappellent qu’en un peu plus d’une décennie, ‘’l’aviculture sénégalaise est devenue une véritable filière émergente, cristallisant ainsi beaucoup d’espoirs’’. 
 
’’Elle est marquée par un développement soutenu grâce aux mesures de protection sanitaires prises par les pouvoirs publics avec, notamment, la mesure d’interdiction des importations de produits avicoles et matériels avicoles usagés en vigueur depuis 2005’’, soulignent-ils. 
 
Selon eux, ’’depuis, les acteurs ont consenti à des investissements de l’ordre de plusieurs centaines de milliards et sont ainsi arrivés à assurer l’autosuffisance du Sénégal en poulets et œufs de consommation’’.
 
Le chiffre d’affaires réalisé par la filière en 2018 s’élève à près de 150 milliards FCFA, rappellent-ils encore. 
 
Ils estiment que l’aviculture, filière clé avec plus de 17% du PIB de l’Elevage, ’’revêt une importance socio-économique majeure au regard de son rôle capital dans le renforcement de la sécurité alimentaire et la lutte contre le sous-emploi et la pauvreté en milieu rural et péri urbain’’.
 
Toutefois, déplorent les producteurs, la crise sanitaire actuelle liée à la Covid-19 ‘’met en péril le dynamisme de la filière jusqu’ici noté’’. 
 
’’En effet, l’apparition de la maladie au Sénégal et les mesures nécessaires à son contrôle, impactent négativement l’aviculture sénégalaise. A cela s’ajoute l’apparition de la grippe aviaire H5 dans un contexte économique de plus en plus difficile pour les acteurs de la filière et nombre de compatriotes’’, selon le communiqué.
 
OID