Les pêcheurs invités à respecter le repos biologique de la crevette
APS
SENEGAL-PECHE

Les pêcheurs invités à respecter le repos biologique de la crevette

Foundiougne, 27 juil (APS) - L’inspecteur régional des pêches et de la surveillance de Fatick, Ibrahima Lo a invité, mardi à Foundiougne, les pêcheurs à un changement de comportement et au respect des mesures du repos biologique d’un mois de la crevette.


"Le repos biologique permet de laisser le temps à la crevette de se reproduire ou bien de grossir ou quand on va commencer à pêcher que les gens puissent avoir de la bonne qualité et vendre aussi à un bon prix", a-t-il dit au cours de la préparation du repos biologique sur la crevette côtière qui prévu pour la période du 1er août au 31 août.

Selon M. Lo, "c’est une activité qui, depuis 2007 est organisée au niveau de Foundiougne qui regroupe l’ensemble des acteurs crevettiers de la région".

Cette rencontre "permet à l’ensemble des acteurs de se prononcer sur les mesures à prendre pour que le repos soit vraiment effectif", a indiqué l’inspecteur régional des pêches et de la surveillance de Fatick.

Cette année, a-t-il poursuivi, "nous comptons beaucoup sur la compréhension et l’engagement des acteurs mais également leur appropriation des décisions qui ont été prises lors de cette réunion à savoir le respect du maillage".

"Durant cette période, personne ne doit partir en mer" et les pêcheurs doivent respecter "les mesures réglementaires".

Cependant, a dit M. Lo, "la région de Fatick est un peu particulière compte tenu de son caractère insulaire et qu’il faut être près des gens qu’on surveille".

"On a recensé plus de 30 villages qui pratiquent la pêche de la crevette et il est très difficile pour une seule brigade de surveillance participative de faire son contrôle normal mais on est en train d’innover les comités locaux de surveillance au niveau des villages", a-t-il soutenu.

"Avec a raréfaction des ressources, les pêcheurs utilisent des engins très prohibés surtout avec des filets qui prennent les petites crevettes et si on y met pas garde, cela risque de créer la disparition des ressources", a déploré M. Lo.

"Des sanctions sont prévues et l’Etat du Sénégal a accompagné les acteurs avec le nouveau code de la pêche qui prévoit des sanctions qui peuvent aller de 50 mille à 300 mille frs CFA. Maintenant c’est plus corsé et il y a même des peines d’emprisonnement", a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, "ce que nous privilégions c’est un engagement des pêcheurs et une sensibilisation", a fait remarquer l’inspecteur régional des pêches et de la surveillance de Fatick.

Au terme de cette réunion, les acteurs ont procédé à l’incinération de 81 filets non réglementaires.

FD/PON