Les Nations développées appelées à être solidaires de l’Afrique
APS
MONDE-AFRIQUE-JOURNEE

Les Nations développées appelées à être solidaires de l’Afrique

Dakar, 25 mai (APS) – Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé, mardi, à l’occasion de la Journée de l’Afrique, les Nations développées à être ’’solidaires’’ du continent africain.
 
’’En cette Journée de l’Afrique, l’accent est mis sur les arts, la culture et le patrimoine, comme leviers pour construire l’Afrique que nous voulons’’, a-t-il souligné dans son message.
 
Il a relevé que ’’le patrimoine culturel et naturel riche et diversifié de l’Afrique est important pour le développement durable, la réduction de la pauvreté et le maintien et la consolidation de la paix’’’.

’’Il peut servir de fondement solide pour progresser sur le plan économique de manière inclusive, alors que le continent s’efforce de s’attaquer aux problèmes que fait peser la pandémie de COVID-19’’, a souligné le Secrétaire général de l’ONU.
 
Selon lui, ’’la Covid-19 a déclenché une récession mondiale et dévoilé des vulnérabilités et des inégalités profondément ancrées. Elle a mis en péril des gains durement acquis en matière de développement en Afrique et ailleurs’’. 
 
Cette pandémie ’’a également accentué les facteurs de conflit : elle a augmenté les inégalités et révélé la fragilité de la gouvernance dans de nombreux pays, notamment sur le plan de la prestation de services de base tels que les soins de santé, l’éducation, l’électricité, l’eau et l’assainissement’’, a t-il déploré.

Selon M. Guterres, ’’l’impact de la pandémie a également été exacerbé par la crise climatique, qui touche les pays en développement de façon disproportionnée’’.
 
Il estime que ’’pour enrayer la pandémie, accompagner la reprise économique et atteindre les objectifs de développement durable, il nous faut garantir un accès équitable et universel aux vaccins contre la Covid-19’’. 
 
Le SG des Nations Unies déplore ’’un profond déséquilibre dans la distribution des vaccins entre les pays’’, soulignant que d’après les derniers chiffres, les pays d’Afrique n’ont reçu que 2 % des vaccins.
 

ASB/OID