Le traité de libre circulation parmi les
APS
SENEGAL-AFRIQUE-INTEGRATION

Le traité de libre circulation parmi les "avancées significatives" de la CEDEAO (officiel)

Karang Poste, 2 mars (APS) - Le traité du protocole de libre circulation des personnes, des droits de résidences et d’établissements est une des "avancées significatives" de la CEDEAO, a soutenu, jeudi, le représentant du Commissaire chargé du Commerce, de la douane et de la libre circulation de la CEDEAO, Ismaïla Dangou.
 
"En terme d’avancées significatives au sein de la CEDEAO, on peut noter l’application des dispositions du protocole de libre circulation des personnes, des droits de résidences et d’établissements, l’établissement de la carte d’identité biométrique comme document de voyage et là nous félicitions le Sénégal premier pays de la CEDEAO à l’adopter", a souligné M. Dangou.
 
Il s’exprimait lors de la cérémonie officielle de la première journée de libre circulation des personnes et des biens en Sénégambie organisée dans l’enceinte du Stade municipal de Karang Poste.
 
Il a aussi relevé "la suppression de la carte de résident pour les ressortissants de la communauté, la suppression des 90 jours de résidence des ressortissants dans les Etats membres".
 
"Au titre des avancées, a-t-il encore cité, il y a la création d’un marché régional du travail pour favoriser le déplacement des travailleurs, la mise en place d’un centre d’information et de suivi de la libre circulation des personnes et des biens aux frontières, la mise en place d’un mécanisme de suivi de la libre circulation des personnes et des biens, la validation des caractéristiques techniques."
 
Cependant, le représentant du Commissaire a fait état d’insuffisances dans l’application du protocole et qui "sont de nature à restreindre les droits des citoyens prescrits".
 
Il a déploré "l’application sélective des textes par les Etats membres du protocole, le manque d’intégration du protocole dans les textes pertinents de nos législations nationales, la mauvaise connaissance des citoyens sur leurs droits inscrits dans le protocole".
 
"L’harmonisation insuffisante des législations en matière d’emploi, et la persistance des actes de corruption, d’intimidation, de tracasseries aux frontières sont également des contraintes à l’application du protocole de libre circulation des personnes, des droits de résidences et d’établissements", a-t-il dit.
 
Organisée au stade municipal de Karang, la cérémonie officielle de la journée de la libre circulation des personnes et des biens en Sénégambie a enregistré une forte mobilisation des populations du Sénégal et de la Gambie.
 
Elle s’est déroulée en présence du ministre de l’Intégration africaine, du NEPAD et de la Francophonie, Mbagnick Ndiaye, du ministre gambien du Commerce, Dr Aïssatou Touré, du ministre gambien du Tourisme, El Hadj Ahmad Bâ.
 
Il y avait aussi les ambassadeurs des deux pays, des responsables de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et de représentants de pays de la sous-région.


AB/OID/ASB