Le Sénégalais Bacre Ndiaye à la tête de l’équipe d’experts internationaux sur la situation au Kasaï, en RDC
APS
AFRIQUE-DROITS HUMAINS

Le Sénégalais Bacre Ndiaye à la tête de l’équipe d’experts internationaux sur la situation au Kasaï, en RDC

Dakar, 27 juil (APS) – Le Sénégalais Bacre Ndiaye a été nommé président de l’équipe d’experts internationaux sur la situation dans la région du Kasaï, en République démocratique du Congo, a appris l’APS.

L’annonce a été faite mercredi par Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, selon un communiqué du Haut-Commissariat.
 
Les deux autres experts nommés également par Al Hussein sont Luc Côté (Canada) et Fatimata M’Baye (Mauritanie).
 
Bacre Ndiaye a occupé plusieurs fonctions au HDCH à Genève et à New York, de 1998 à 2014. Entre autres, M. Ndiaye a été membre de l’Ordre des avocats du Sénégal de 1982 à 1998, occupant le poste de Secrétaire général pendant huit ans (1983-1991). En 1995, il a été nommé à la Commission de vérité et de justice à Haïti.
 
Luc Côté, Canadien, est avocat pénaliste depuis près de 30 ans, plus particulièrement spécialisé en droit pénal international, et est expert en matière de justice transitionnelle.
 
Fatimata M’Baye est vice-présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), présidente de l’Association mauritanienne des droits de l’homme et siège au Conseil de l’Institut de la société civile de l’Afrique de l’Ouest. 
 
La création de l’équipe d’experts internationaux a été mandatée par une résolution du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, le 22 juin 2017, selon le communiqué. 
 
Dans cette résolution, le Conseil s’est déclaré vivement préoccupé par les informations faisant état d’" une vague de violence, de violations et d’abus graves et flagrants des droits de l’homme et de violations du droit international humanitaire dans la région du Kasaï", rappelle la même source.
 
Il est demandé à l’équipe d’experts " de collecter et préserver les informations et de déterminer les faits et les circonstances sur les allégations de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire dans la région du Kasaï conformément aux normes et aux pratiques internationales’’.
 
Les experts feront ce travail ‘’tout en assurant la protection de toutes les personnes qui collaboreront avec l’équipe, en coopération avec le gouvernement de la République démocratique du Congo, notamment en facilitant les visites et l’accès au pays, aux sites et aux personnes’’.
 
Ils devront ensuite ‘’transmettre les conclusions de l’enquête aux autorités judiciaires de la République démocratique du Congo, afin d’établir la vérité et de faire en sorte que tous les auteurs de ces crimes lamentables rendent des comptes aux autorités judiciaires de la République démocratique du Congo’’. 
 
Le communiqué indique que le Haut-Commissaire Zeid fera une présentation orale sur la situation dans la région du Kasaï au Conseil des droits de l’homme, à l’occasion de sa 37ème session en mars 2018. 
 
Un rapport complet sur les conclusions de l’équipe sera présenté en juin 2018, à l’occasion de la 38ème session du Conseil.

OID/ASG