Rabat : le Pape appelle les chrétiens à oeuvrer pour la paix et la justice
APS
MAROC-RELIGION-VISITE

Rabat : le Pape appelle les chrétiens à oeuvrer pour la paix et la justice

Rabat, 31 mars (APS) – Le Pape François, a exhorté dimanche à Rabat (Maroc), les chrétiens à apporter leurs contributions au service de la justice, de la paix, et de l’éducation des enfants et des jeunes.
 
"Ayez toujours à cœur d’apporter votre contribution au service de la justice et de la paix, de l’éducation des enfants des jeunes, de la protection et de l’accompagnement des personnes âgées, des faibles, des handicapés et des opprimés", a-t-il déclaré.
 
Le chef de l’Eglise catholique a lancé cet appel au deuxième et dernier jour de sa visite dans le royaume chérifien. Il prononçait depuis la capitale marocaine la prière de l’Angélus, commémorant les moments de l’Incarnation de Jésus Christ.
 
Il a ainsi prié pour que "la charité se fasse toujours active et soit ainsi un chemin de communion entre les chrétiens de toutes les confessions présentes au Maroc". L’œcuménisme de la charité, a noté le pape, "Quelle puisse être aussi un chemin de dialogue et de coopération avec nos frères musulmans et avec toutes les personnes de bonne volonté".
 
Le souverain pontife a insisté sur "la charité, spécialement envers les plus faibles", estimant que "c’est la meilleure opportunité que nous avons à continuer à travailler en faveur d’une culture de la rencontre".
 
"Qu’elle soit enfin ce chemin qui permette d’aller, sous le signe de la fraternité, vers les personnes blessées, éprouvées, empêchées de se reconnaître membres de l’unique famille humaine", a-t-il dit dans son message délivré à la communauté catholique.
 
"L’Eglise doit entrer en dialogue avec le monde dans lequel elle vit. L’Eglise se fait parole ; l’Eglise se fait message ; l’Eglise se fait conversation", a-t-il rappelé, citant une parole du Pape Paul VI, dans son Encyclique Ecclesiam suam.
 
Pour le Saint Père, "Affirmer que l’Eglise doit entrer en dialogue ne relève pas d’un mode, encore moins d’une stratégie pour accroître le nombre de ses membres", ajoutant : "si l’Eglise doit entrer en dialogue, c’est par fidélité à son Seigneur et Maître (…)".
 
"En ces terres, le chrétien apprend à être sacrement vivant du dialogue que Dieu veut engager avec chaque homme et chaque femme, quelle que soit sa condition de vie. Un dialogue que, par conséquent, nous sommes invités à réaliser à la manière de Jésus (…), avec un amour fervent et désintéressé, sans calculs et sans limites, dans le respect de la liberté des personnes", a-t-il dit.
 
Ainsi, note le souverain pontife, "quand l’Eglise, fidèle à la mission reçue du Seigneur, entre en dialogue avec le monde et se fait conversation, elle participe à l’avènement de la fraternité, qui a sa source profonde non pas en nous, mais dans la paternité".
 
"C’est donc un dialogue qui devient prière et que nous pouvons réaliser concrètement tous les jours au nom de la +fraternité humaine+ qui embrasse tous les hommes, les unit et les rend égaux" selon lui, évoquant le "Document sur la fraternité humaine", issu d’une rencontre tenue le 4 février dernier à Abu Dhabi.
 
"Au nom de cette fraternité déchirée par les politiques d’intégrisme et de division, par les systèmes de profit effréné et par les tendances théologiques haineuses qui manipulent les actions et les destins des hommes", a-t-il notamment cité.
 
Le pape a remercié Dieu, pour ce qu’ont fait, "les disciples de Jésus Christ, ici au Maroc, en trouvant chaque jour dans le dialogue, dans la collaboration et dans l’amitié pour semer avenir".
 
"Ainsi vous démasquez et réussissez à mettre en évidence toutes les tentatives d’utiliser les différences et l’ignorance pour semer la peur, la haine et le conflit. Parce que nous savons que la peur et la haine, nourries et manipulées déstabilisent et laissent spirituellement sans défense", a-t-il exhorté.
 
Le Pape François les a encouragés à "rendre visible la présence et l’amour du Christ qui +s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté (…)", et à continuer à se "faire proches de ceux qui sont souvent laissés de côté, des petits et des pauvres, des prisonniers et des migrants".

ASB/AKS