Le nouveau ministre de la Communication mise sur le dialogue et la concertation
APS
SENEGAL–GOUVERNEMENT

Le nouveau ministre de la Communication mise sur le dialogue et la concertation

Dakar, 21 sept (APS) – Le nouveau ministre de la Communication, Abdoulaye Baldé, a fait part, jeudi, à Dakar, de son souhait de privilégier le dialogue et la concertation avec les acteurs de ce secteur, pour bien exercer ses nouvelles fonctions ministérielles. 
 
"Un remaniement (…), c’est une continuité. J’inscrirai mon action dans cette continuité en privilégiant le dialogue, la concertation et l’inclusion dans tout ce que nous allons entreprendre avec l’ensemble des acteurs", a promis M. Baldé lors de la cérémonie de passation de service avec son prédécesseur à ce poste, Mbagnick Ndiaye.
 
Il dit souhaiter arriver à "une communication gouvernementale plus coordonnée, plus cohérente et plus efficace".
 
L’ex-ministre de l’Environnement et du Développement durable, qui va en même temps prendre en main les Télécommunications, les Postes et l’Economie numérique, a salué "la lumineuse idée du président de la République d’associer" dans un même ministère tous ces portefeuilles.
 
En présence de ses collaborateurs et des ministres Mbagnick Ndiaye (Intégration africaine) et Abdoulatif Coulibaly (Culture), Abdoulaye Baldé s’est réjoui de prendre en main l’Economie numérique, "qui a tout son sens dans le cadre du Plan Sénégal émergent".
 
Dans ce ministère, "on va parler de nouvelles technologies, ce qui veut dire de nouvelles sources de croissance et une nouvelle économie" pouvant générer "des gains de productivité dans tous les secteurs retenus par le Plan Sénégal émergent, l’agriculture, l’éducation, etc." a souligné M. Baldé.
 
La Communication, les Télécommunications, les Postes et l’Economie numérique constituent un secteur "stratégique" et "important", a-t-il ajouté, espérant gagner la "confiance des acteurs" pour pouvoir exploiter "les potentialités de ce secteur". 
 
L’ex-ministre de la Communication, Mbagnick Ndiaye, a rappelé que les démarches menées pour mieux financer les médias relevant du secteur public (RTS, APS et Le Soleil) faisaient partie des priorités du ministère de la Communication.
 
M. Ndiaye souhaite que ces démarches soient couronnées de succès, pour que ces médias puissent "connaître des jours radieux". 
 
"Le Code de la presse (…), nous avons réussi à le faire voter lors de la dernière législature (2012-2017), mais tous les textes d’application doivent être élaborés et votés très rapidement. Sans les textes d’application, la loi instituant le Code de la presse ne pourra pas" entrer en vigueur, a rappelé Mbagnick Ndiaye. 
 


FKS/ESF/BK