Le général gambien Bora Colley arrêté par les policiers sénégalais à Mpack
APS
SENEGAL-GAMBIE-SECURITE

Le général gambien Bora Colley arrêté par les policiers sénégalais à Mpack

Dakar, 27 jan (APS) – Le général gambien Bora Colley a été arrêté par les policiers sénégalais du poste frontalier de contrôle de Mpack (Ziguinchor) alors qu’il tentait de rejoindre la Guinée-Bissau, a annoncé la Police sénégalaise, vendredi.

Le militaire gambien a été arrêté le 25 janvier dans le cadre de la vaste opération de sécurisation que la Police sénégalaise déroule depuis le déclenchement de la crise gambienne.
 
Le général gambien Bora Colley a été aussitôt mis à la disposition du Commandement du 5ème Bataillon d’Infanterie de Ziguinchor.
 
Dès le déclenchement de la crise gambienne, la Police nationale assure avoir renforcé ses positions au niveau des postes frontières suivant les instructions de l’Inspecteur général Oumar Mal, directeur Général de la Police Nationale.
 
Ainsi, 111 agents ont été déployés dans les secteurs frontaliers de Karang, Keur Ayib, Kidira, Kounkané et Salikégné, dont 69 du Groupement mobile d’Intervention (GMI) et quarante-deux (42) de la direction de la Police de l’Air et des Frontières (DPAF), selon la Police. 


Ce déploiement avait pour objectifs de ‘’renforcer le contrôle de l’immigration, renforcer la surveillance de la frontière grâce à la multiplication des patrouilles, coordonner les procédures de facilitations en faveur des individus souhaitant se réfugier au Sénégal pour une meilleure gestion des flux de ces personnes déplacées et refugiées’’.


La Police ajoute que le dispositif de patrouille a été renforcé par les brigades de patrouilles frontalières à Sarayélli (Secteur frontalier de Kidira) et Mandat-Douane (secteur frontalier de Kounkané).


Les autres postes frontières avec la Gambie (Séléty et Sénoba) ont également joué un rôle prépondérant notamment dans le domaine de la collecte du renseignement transfrontalier et de la gestion des réfugiés gambiens arrivés en grand nombre dans les régions septentrionales, souligne t-on.


Au total, selon le communiqué, la Police nationale, ‘’grâce à une synergie d’actions de ses entités’’, a joué ‘’un rôle capital dans la gestion de la crise gambienne, tant du point de vue humanitaire que sécuritaire’’.


Ainsi, du 1er janvier au 22 janvier 2017, les postes frontaliers avec la Gambie ont enregistré un flux total estimé à 127.910 personnes dont 50.428 gambiens et 49.037 pour les sorties dont 13.487 gambiens.


Du 13 janvier au 22 janvier 2017, il y a eu près de 67 patrouilles effectuées conjointement par le GMI et la DPAF, dans le ressort des secteurs frontaliers de Karang, Keur Ayib, Kidira, Salikégné et Kounkané. 

OID/PON