Le FIDA veut réduire les disparités entre femmes et hommes dans l’agriculture
APS
MONDE-AGRICULTURE-GENRE

Le FIDA veut réduire les disparités entre femmes et hommes dans l’agriculture

Dakar, 7 mars (APS) – Le Fonds international de développement agricole (FIDA) des Nations Unies a lancé une campagne visant à réduire les disparités entre femmes et hommes dans l’agriculture, a appris l’APS.
 
Cette campagne est lancée à l’occasion de la Journée internationale des femmes qui sera célébrée vendredi. 
 
L’objectif, explique le FIDA, est d’attirer "l’attention sur la contribution, souvent négligée, des femmes des pays en développement à l’économie rurale, à la vie des communautés locales, ainsi qu’à celles des familles rurales – hommes, femmes et enfants".
 
Dans un communiqué, la FIDA indique que la campagne, intitulée "Real Groundbreakers" (De vraies pionnières), vise à "sensibiliser l’opinion publique et à obtenir le soutien des gouvernements en faveur des investissements indispensables". 
 
La même source souligne que grâce à la plateforme numérique de la campagne, "des femmes et des hommes du monde entier peuvent exprimer leur solidarité avec les 1,7 milliard de femmes et de filles rurales".
 
Elles peuvent ainsi "mettre l’accent sur le fait qu’il faut éliminer les inégalités entre les sexes dans le domaine de la production agricole et garantir l’accès des femmes aux ressources et aux débouchés, dans des conditions d’égalité".
 
Citée dans le communiqué, Charlotte Salford, Vice-Présidente adjointe du Département des relations extérieures et de la gouvernance du FIDA, a déclaré : "Les femmes rurales sont de vraies pionnières".
 
"Elles cultivent, produisent des denrées alimentaires, lancent des entreprises et innovent, alors que leurs conditions de vie sont parmi les plus difficiles au monde et qu’elles font face à des inégalités et une pauvreté extrêmes", a-t-elle ajouté.
 
Le communiqué rappelle que l’initiative de sensibilisation du FIDA se fonde sur le constat suivant : les femmes représentent 43% de la main-d’œuvre agricole mondiale, mais elles accèdent plus difficilement que les hommes aux financements, aux droits fonciers et aux intrants dont elles auraient besoin pour améliorer leurs activités et sortir de la pauvreté.


OID/ASB