Le Directeur de l’Enseignement supérieur a reçu des ‘’instructions’’ afin de rencontrer le SUDES-ER (média)
APS
SENEGAL-UNIVERSITE-REACTION

Le Directeur de l’Enseignement supérieur a reçu des ‘’instructions’’ afin de rencontrer le SUDES-ER (média)

Dakar, 28 avr (APS) – Le Directeur de l’Enseignement supérieur public dit avoir a reçu des ’’instructions’’ afin de rencontrer le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal/Enseignement supérieur et recherche (SUDES/ESR) pour recueillir l’ensemble de ses ’’revendications écrites et orales’’.
 
Le SUDES/ESR a annoncé, vendredi dernier, avoir déposé un préavis de grève couvrant la période du 20 avril 2021 au 31 décembre 2021.
 
Lors d’une conférence de presse, le syndicat a déploré ’’le désintérêt de plus en plus grand et inquiétant du gouvernement du Sénégal pour le sous-secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Innovation (MESRI)’’.
 
Dans sa déclaration préliminaire dont l’APS a obtenu copie, il a évoqué ’’la non satisfaction des points essentiels de revendications (déficit d’infrastructures et de personnels) constants dans toutes les plateformes revendicatives du SUDES/ESR depuis au moins 2013’’.
 
En attendant cette rencontre, le ministère de l’Enseignement supérieur a répondu presque sur tous les points de revendications du syndicat, souligne le quotidien Le Quotidien dans son édition de ce mercredi. 
 
Le journal rapporte que concernant ’’le Plan Marshall de recrutement’’ réclamé par le syndicat, le MRESI dit avoir, dans un communiqué, ’’autorisé en 2020, sur fonds propres, la création de 200 nouveaux postes d’enseignant, en plus de ceux créés pour les besoins des nouvelles universités (…)’’. 
 
Il signale que ’’le programme de création de postes d’Attaché temporaire de recherche (ATER), dont l’objectif était de renforcer l’encadrement, est en attente d’une validation par les Universités’’. 
 
Concernant la transformation de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS) en un ’’Institut national de la formation continue’’, sous la tutelle scientifique de l’UCAD, le ministère qui trouve ’’cette proposition impertinente’’ rappelle que cet établissement créé en décembre 2013, ’’a atteint son rythme de croisière et forme aujourd’hui plus de 30 mille étudiants aux niveaux Licence et Master, tout en offrant des renforcements de capacités à la communauté nationale’’. 
 
La tutelle rappelle aussi que ’’l’enseignement à distance est devenue une réalité mondiale et le succès de l’UVS est tel que ce fleuron, avec son modèle innovant d’Eno, a inspiré plusieurs pays de la sous-région qui se sont lancés dans la création d’Universités virtuelle’’, rapporte le journal.
 
Alors que les syndicalistes reprochent au gouvernement de ’’privilégier des infrastructures de prestige’’ au détriment de celles destinées à l’enseignement supérieur, le ministère signale que ’’l’UGB a réceptionné en janvier 2021 un complexe comprenant des amphithéâtres (dont un de 750 places), des salles de classe et des bureaux’’. 
 
L’Université Assane Seck de Ziguinchor ’’a réceptionné un complexe identique en 2019, ainsi que trois amphithéâtres en préfabriqué (un de 500 places et deux de 300 places chacun) et 16 salles de cours’’ tandis que l’Ucad a également réceptionné ’’en 2020 trois autres amphithéâtres en préfabriqué (un de 1 500 places et deux de 500 places chacun)’’. 
 
Le bâtiment de la faculté des lettre de l’Ucad ’’est en cours de finition avec l’appui’’ du MESRI qui ajoute que concernant l’Uvs, ’’en plus de la réception de cinq (5) Eno, les travaux se poursuivent à un rythme appréciable pour cinq (5) autre’’. 
 
L’objectif, selon la tutelle, ’’est d’en implanter un dans chaque chef-lieu de département’’, selon la publication.
 
OID/ASB