La torture pas à des ’’proportions inquiétantes’’ (observateur)
APS
SENEGAL-SOCIETE

La torture pas à des ’’proportions inquiétantes’’ (observateur)

Kaffrine, 6 mars (APS) - La torture dans les lieux de privation de liberté n’a pas atteint des "proportions inquiétantes" au Sénégal, en comparaison des difficiles conditions de vie dans les prisons, affirme l’Observateur national des lieux de privation de liberté (ONLPL), Josette Marceline Lopez Ndiaye.

"Il y a certes quelques cas de torture dans les lieux de privation de liberté que nous avons rencontrés sur notre chemin. Mais, ce qui est surtout pénible, c’est les conditions dans lesquels les détenus sont", a-t-elle déclaré, mardi, au terme d’un comité régional de développement (CRD) à Kaffrine.
 
"La torture dans les prisons n’a pas de proportions inquiétantes au Sénégal", a dit Mme Ndiaye, à l’issue de ce CRD axé sur les abus et mauvais traitements dont seraient victimes les personnes détenues.
 
Elle a fait état de conditions de vie "un peu difficiles" dans les prisons, en raison de la surpopulation et du "manque de moyens" tels que des matelas.
 
"Certes, les détenus ont commis un délit mais cela n’empêche qu’ils soient des êtres humains qu’il faut respecter", a rappelé l’Observateur national des lieux de privation de liberté.
 
"Nous sommes en train de faire comprendre aux gens que maintenant, il est interdit de torturer et de maltraiter les prisonniers. Et, de plus en plus, les gens et les détenus le comprennent", a-t-elle noté, signalant que la torture "est sévèrement sanctionnée" au Sénégal. 
 
Si on prend quelqu’un en train de torturer un détenu, "il risque cinq à dix ans sans aucune circonstance atténuante", a prévenu l’Observateur national des lieux de privation de liberté. 
 
Ce CRD organisée par l’ONLPL, dans le cadre d’un projet d’appui de l’Union européenne, a été présidé par l’adjoint au gouverneur de Kaffrine chargé des affaires administratives, Ousseynou Mbaye, en présence d’autorités administratives, d’élus locaux et de chefs de service. 
 
L’ONLP avait démarré lundi, à Kaffrine, une mission de prévention de la torture et autres peines ou traitements inhumains ou dégradants dans les lieux de privation de liberté. 
 

MNF/BK