La SAED au SIA pour promouvoir les opportunités d’investissement dans la vallée du fleuve
APS
SENEGAL-AGRICULTURE

La SAED au SIA pour promouvoir les opportunités d’investissement dans la vallée du fleuve

De l’envoyé spécial de l’APS : Amadou Samba Gaye

Paris, 26 fév (APS) - La SAED est venue au Salon international de l’agriculture (SIA) de Paris pour sensibiliser sur les opportunités d’investissement dans la vallée du fleuve Sénégal, en particulier en direction de la diaspora sénégalaise.
 
En venant à Paris, la société qui promeut la culture irriguée dans le nord du Sénégal a voulu montrer "les potentialités" de cette zone qui a "un potentiel irrigable de 240 000 hectares", a déclaré Amadou Thiam, directeur du développement et de l’appui aux collectivités de la SAED.
 
C’est une zone qui présente "beaucoup d’opportunités d’investissement", et il y a une diaspora sénégalaise en France, surtout les jeunes qui "ont envie d’investir dans l’agriculture", a-t-il expliqué. Cela fait partie des raisons qui justifient la présence de la SAED au SIA, pour ainsi "donner" toutes les informations aux intéressés, a-t-il expliqué.
 
Cet objectif tient particulièrement à coeur le coordonnateur du Projet d’amélioration de la sécurité alimentaire et d’appui à la mise en marché dans la région de Matam et du Projet d’appui à la promotion des exploitations familiales dans la région de Matam (ASAMM/APEFAM). 
 
Alpha Aw explique que le SIA est l’occasion de présenter les projets de développement des territoires ruraux aux Sénégalais et de souligner ainsi que les conditions sont désormais réunies pour se lancer dans l’agriculture. Il s’agit de les intéresser à l’agriculture et les inciter à rentrer au bercail pour investir dans ce secteur.
 
A Paris, la SAED est également à la recherche de partenariats avec des structures et organisations travaillant dans un certain nombre de questions en lien avec ses missions, a renchéri Amadou Thiam.
 
Pour le coordonnateur du Projet "Agriculture irriguée et développement économique des territoires ruraux de Podor" (AIDEP), Khassim Malick Sarr, la SAED est aussi mue par la volonté de partager des expériences, dans les domaines de la gestion de l’eau, de la réalisation d’aménagements publics, d’appui aux acteurs dans la sécurisation foncière.
 
Le SIA est également perçu par les responsables de la SAED, comme un cadre permettant de "présenter" ses "projets phares qui contribuent à la sécurité alimentaire et au développement des territoires ruraux", a-t-il ajouté.
 
Venue avec son directeur général, Samba Ndiobène Kâ, la SAED qui a déplacé deux producteurs et un éleveur, met à la disposition du public des plaquettes et des supports.
 
En effet, pour le président du conseil d’administration de la SAED, Sitor Ndour, il est "tout à fait logique et normal" que la SAED réponde présent à Paris, le SIA étant un "rendez-vous mondial de l’agriculture et de l’élevage extrêmement important". Il offre selon lui une "occasion d’échanger avec des partenaires institutionnels et des producteurs, et d’échanger en termes d’expériences". 


ASG/ASB/OID