La FAO annonce une baisse de 2, 5 % des importations alimentaires (rapport)
APS
MONDE-ALIMENTATION

La FAO annonce une baisse de 2, 5 % des importations alimentaires (rapport)


Dakar, 10 mai (APS) – L’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévoit une baisse de 2, 5 % des importations alimentaires mondiales, lesquelles devraient atteindre 1472 milliards de milliards de dollars en 2019, a appris l’APS.


’’Le dernier rapport de la FAO sur les Perspectives alimentaires prévoit une baisse des importations alimentaires mondiales de 2,5 pour cent en 2019 pour atteindre les 1 472 trillions (milliards de milliards) de dollars américains’’, indique un communiqué rendu public à Rome.


’’Le coût mondial des importations alimentaires est appelé à baisser en 2019 mais les pays les plus pauvres et les plus vulnérables n’en seront pas les premiers bénéficiaires. Les pays développés seront principalement ceux à profiter de la baisse des prix, tandis que le coût des importations pour l’Afrique subsaharienne devrait augmenter’’, souligne notamment le rapport.


Alors que la baisse du coût unitaire des importations alimentaires suggère que davantage de nourriture pourrait être achetée pour la même somme d’argent, ce gain se voit annulé dans presque tous les pays à faible revenu et à déficit vivrier dont les monnaies se retrouvent affaiblies face au dollar américain, monnaie principalement utilisée lors des transactions commerciales internationales, estiment ses auteurs.


Le café, le thé, le cacao et les épices représentent près de la moitié de la baisse prévue tandis que le coût du sucre et des céréales - et ce, malgré la baisse des prix des céréales - est resté globalement inchangé, détaille la FAO.


La bonne nouvelle pour les pays vulnérables, fait-on remarquer, est que le coût des huiles végétales, qui sont des produits importants pour ces pays en ce qui concerne les importations, devrait connaître une baisse.


Publié deux fois par an, le rapport de la FAO sur les Perspectives alimentaires évalue les tendances liées au marché et à la production pour plusieurs produits dont les céréales, le poisson, le sucre, les huiles, le lait et la viande.


La dernière édition propose également des rapports spéciaux sur l’impact mondial de la peste porcine africaine et des perspectives sur la situation des exportations de bananes, d’avocats et d’autres fruits tropicaux en Amérique latine et dans la région Caraïbes.

AKS/OID