L’ONG ONE et ses partenaires veulent une accélération de la lutte contre la corruption
APS
SENEGAL- GOUVERNANCE

L’ONG ONE et ses partenaires veulent une accélération de la lutte contre la corruption

Dakar, 19 juin (APS) – L’Organisation internationale ONE et ses partenaires comptent faire une série de recommandations en vue d’amener les autorités à accélérer lutte contre la corruption au Sénégal.
 
"A la suite des échanges des deux jours, il sera proposé une série de recommandations stratégiques pour l’accélération de la lutte contre la corruption au Sénégal et l’accompagnement des dynamiques déjà existantes. Ces recommandations feront l’objet d’une rencontre avec les autorités sénégalaises afin de faire le plaidoyer pour leur mise en œuvre", a déclaré la directrice de ONE, Oulimata Coulibaly. 
 
Elle s’exprimait, mardi, à l’ouverture de l’atelier axé sur le thème de l’Union africaine (UA) : "Remporter la lutte contre la corruption : une voie durable vers la transformation de l’Afrique". La rencontre regroupe l’ONG ONE, l’Institut Gorée, l’OFNAC et le Forum civil. 
 
Selon Mme Coulibaly, "ONE a organisé cette rencontre avec ses partenaires et toutes les parties prenantes et acteurs afin d’examiner l’état de la lutte contre la corruption, ses rapports conjoncturels et structurels, la mise en œuvre des lois anti-corruption, les politiques en vigueur, les lacunes du cadre règlementaire, la domestication des conventions et traités internationaux signés par l’Etat du Sénégal, l’engagement des citoyens, les femmes et les jeunes dans la lutte contre la corruption, ainsi que les progrès et les entraves".
 
La problématique de la gouvernance est "devenue une préoccupation centrale" et devient dorénavant "l’épine dorsale" des orientations des politiques publiques notamment en Afrique, a-t-elle relevé.
 
Elle a fait état "de multiples pressions" venant de la communauté internationale mais aussi "d’aspirations profondes des communautés bénéficiaires de ces politiques publiques", ajoutant que "la corruption est un segment de cette problématique". 
 
La corruption "ruine les efforts de développement, décourage les investisseurs, déstructure une économie déjà fragile et attaque les structures de bases et morales au sein d’un groupe et d’une communauté", a souligné Mme Coulibaly. 
 
Pour sa part, l’inspecteur général de police, membre l’Office nationale de la lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC), Codé Mbengue a indiqué que "la corruption est un fléau d’une stabilité et d’une complexité parfois déconcertante, tant dans les moyens qu’elle met en jeu, dans les rapports de complicité qu’elle instaure entre ses protagonistes que dans ses formes et manifestations".
 
"Cette initiative portée par l’ONG ONE et l’Institut de Gorée, vient donc s’ajouter à toutes les actions engagées par les Etats et l’ensemble des acteurs (…) pour agir durablement sur les ressorts profonds de la corruption par le biais de l’éducation et de la sensibilisation", a-t-il salué. 
 
Selon lui, "l’OFNAC a entrepris une démarche méthodique de compréhension du phénomène par une meilleure identification de ses causes, de ses origines et une estimation de son coût pour l’économie nationale".


DS/OID/ASB