L’islam en Afrique à l’honneur à l’Institut du monde arabe à Paris du 13 avril au 30 juillet
APS
MONDE-RELIGION

L’islam en Afrique à l’honneur à l’Institut du monde arabe à Paris du 13 avril au 30 juillet

Dakar, 27 déc (APS) – L’islam en Afrique sera à l’honneur à l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris du 13 avril au 30 juillet 2017 à travers l’exposition "Trésor de l’islam en Afrique, 13 siècles d’histoire", a appris l’APS.

 
"De Dakar à Zanzibar, de Tombouctou à Harar, l’Institut du monde arabe met à l’honneur des sociétés fortes de treize siècles d’échanges culturels et spirituels avec le Maghreb et le Moyen- Orient" lit-on sur le site de l’IMA à propos de cette exposition. 
 
Il y aura de l’archéologie, de l’architecture, du patrimoine immatériel, de art contemporain, "une première" qui réunira sur 1 100 m2 près de 300 œuvres multidisciplinaires, pour "témoigner de la richesse artistique et culturelle de la pratique de l’islam en Afrique subsaharienne" indique la même source.
 
Lors de la visite d’Etat (19-22 déc) du chef de l’Etat à Paris, le président François Hollande a annoncé que le Sénégal sera au cœur de l’Institut du monde arabe, en 2017, lors de cette exposition qui fera découvrir "les trésors et la splendeur de l’islam en Afrique".
 
Dans un premier temps, l’exposition entraînera le visiteur à travers les âges. 
 
"Car l’islam se diffuse en Afrique subsaharienne dès le VIIIe siècle. Le Sahara devient un espace important d’échanges et de circulation. Grâce à des réseaux commerciaux et de communication, se dessinent trois espaces distincts à l’histoire et aux formes artistiques communes : la Corne de l’Afrique et la vallée du Nil, l’aire swahilie, et l’Afrique de l’Ouest" explique l’IMA.
 
Dans un deuxième temps, l’exposition entraînera le visiteur à la découverte de l’architecture religieuse, des pratiques cultuelles et de la magie. "Des vidéos immersives de cérémonies nous plongent au cœur de la spiritualité soufie en Afrique" annonce t-on.
 
La note de présentation de l’exposition rappelle que la transmission de la culture arabo-musulmane "se manifeste aussi dans l’art et l’artisanat".
 
"Trésors de l’islam en Afrique" s’achève ainsi par "une confrontation avec des œuvres fortes, tout en soulignant la circulation des formes et des savoir-faire à travers le continent et leur contribution au rayonnement des cultures musulmanes en Afrique". 
 
Il y aura des Boubous brodés, bijoux en argent, amulettes et cuirs touaregs qui "témoignent de la foisonnante créativité des artisans musulmans".
 
L’écriture, présenté comme le "fil rouge" de l’exposition "permet la diffusion des textes sacrés" et "fait aussi l’objet d’un usage magique et atteste des singularités régionales propres à la calligraphie en Afrique".
 
La même source souligne que tout au long de l’exposition, "l’art contemporain est mis à l’honneur pour interroger l’histoire de ces échanges. Des artistes majeurs parmi lesquels Hassan Musa, Abdulaye Konaté, Youssef Limoud et Aïda Muluneh témoignent de l’effervescence actuelle de la scène artistique africaine".
 
OID/PON