Ismaïla Madior Fall pour des ’’statistiques judiciaires de qualité’’
APS
SENEGAL-JUSTICE

Ismaïla Madior Fall pour des ’’statistiques judiciaires de qualité’’

Dakar, 16 oct (APS) – Le ministre de la Justice a insisté mardi sur l’importance de disposer de statistiques judiciaires de qualité dans l’optique d’une amélioration du service public de la justice.
 
’’C’est en ayant des statistiques judiciaires de qualité qu’on peut argumenter les moyens dont la justice a besoin. Le fait d’avoir les statistiques permet d’avoir les bonnes informations pour prendre la bonne décision’’, a notamment dit Ismaila Madior Fall. 
 
Le Garde des Sceaux s’exprimait à l’ouverture de l’atelier de lancement de la première enquête nationale sur les statistiques d’activités des juridictions. Cet atelier a pour objet de permettre une organisation des statistiques judiciaires, et d’avoir un meilleur système de statistique, a expliqué le ministre. 
 
Participent à cette rencontre des secrétaires généraux des 5 Cours d’appel, des présidents et procureurs des 14 Tribunaux de grande instance, la présidente du Tribunal du Travail, ainsi que quatre juges, selon le ministère de la Justice.
 
Le Garde des Sceaux a estimé que l’information disponible sur le fonctionnement de la justice doit être sensiblement améliorée. 
 
’’Les éléments statistiques actuellement disponibles sur le traitement des affaires civiles et pénales sont transmises de façon irrégulière et partielle, et ne permettent aucune exploitation rigoureuse’’ a-t-il relevé.
 
Le ministre a plaidé la production de ‘’statistiques judiciaires de qualité’’ pour avoir une mesure exacte des problèmes qui se posent, une meilleure vue des problèmes que connaissent les juridictions et également de mesurer leurs activités. 
 
’’Il était important d’avoir cet échange avec les magistrats qui sont les principaux producteurs de statistiques judiciaires pour leur présenter les lacunes du système actuel et les inviter à construire un nouveau dispositif de recueil de la statistique judiciaire’’, a dit Ismaïla Madior Fall. 
 
Selon lui, la plupart des statistiques disponibles dans le système judiciaire sont manuelles et confinées dans des registres qui ne sont pas systématiquement remplis. 
 
De ce fait, l’information qui existe ‘’n’est pas exhaustive et rigoureusement classée’’, a-t-il déploré, ajoutant : ‘’Ce qui fait que les données statistiques finalement ne permettent pas de faciliter la décision à prendre’’.
 

LTF/OID/AKS