L’industrie sénégalaise a souffert de l’absence d’une ’’politique claire’’ (ministre)
APS
SENEGAL-INDUSTRIE

L’industrie sénégalaise a souffert de l’absence d’une ’’politique claire’’ (ministre)


Dakar, 10 mars (APS) – L’industrie sénégalaise a souffert de l’absence d’une "politique claire" en raison d’une "connaissance insuffisante" du secteur, a reconnu, vendredi, à Dakar, le ministre de l’Industrie et des Mines, Aly Ngouille Ndiaye.


’’Malgré [les problèmes du secteur], il y a lieu de souligner que les conclusions de cette étude globale ont suffisamment d’éléments pour consolider la stratégie industrielle du Plan Sénégal émergent (PSE) dont le socle repose sur la compétitivité’’, a-t-il dit



Le ministre de l’Industrie et des Mines s’exprimait lors d’un atelier de restitution des résultats d’une enquête portant sur l’état des lieux du secteur de l’industrie et la compétitivité industrielle au Sénégal.


Aly Ngouille Ndiaye a expliqué que cette enquête vise à étudier la compétitivité extérieure des industries du Sénégal et du secteur manufacturé.


’’Cette présente étude vient au moment où notre pays met en œuvre le PSE pour se repositionner au rang de porteur de croissance, de richesses et d’emplois par la poursuite des Objectifs du développement durable’’, a-t-il ajouté.



Si l’on en croit M. Ndiaye, cette étude vient à son heure dans la mesure où elle a été lancée dans le contexte de la mise en œuvre de la Lettre de politique sectorielle du développement de l’industrie, initiée par son département.

Le rapport propose un développement équilibré du territoire pour créer un marché favorable à l’implantation des industries. Il recommande aussi la création de zones économiques spéciales dans l’ensemble du territoire.



En ce qui concerne les produits manufacturés, le rapport note que la part du Sénégal dans l’offre de ces produits au niveau mondial a évolué entre 2000 et 2014.



La valeur ajoutée industrielle du Sénégal a connu une évolution depuis l’an 2000. ’’C’est ce qui fait que l’industrie sénégalaise pèse en moyenne 13% de PIB’’, lit-on dans le rapport.


AMN/ASB/ASG/MS