L’éducation, les inondations et la suspension de Sonko en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

L’éducation, les inondations et la suspension de Sonko en exergue


Dakar, 28 juil (APS) – Les quotidiens reçus jeudi à l’APS évoquent divers sujets se rapportant à l’éducation, aux inondations et aux suites de la suspension de l’inspecteur des impôts et domaines, Ousmane Sonko.



Le Témoin quotidien livre un large dossier sur les résultats du baccalauréat 2016 qui enregistre un taux de réussite de 36,%. "La cuvée 2016 est meilleure que celle des années précédentes", note le journal qui s’intéresse aussi au Concours général dont la cérémonie officielle est prévue ce jeudi sous la présidence du chef de l’Etat.


En éducation, Enquête s’intéresse à la "baisse généralisée et continue du niveau des élèves" en titrant : "Les raisons d’un effondrement". Il y a entre autres, selon le journal : "budget réduit, passage en masse, curricula instable, l’internet et le téléphone portable, les parents d’élèves qui sont aux abonnés absents".


En ce début d’hivernage, le journal Le Quotidien titre : "De l’eau et des dégâts". "C’est déjà le chaos à Saint-Louis et à Kaffrine. Les pluies tombées dans ces deux villes ont provoqué de nombreux dégâts et deux morts. Le gouvernement a décidé de réactiver le dispositif territorial de gestion stratégique et de suivi opérationnel des inondations", écrit le journal du Groupe Avenir communication.


Au sujet des inondations, Le Soleil titre : "Des moyens et des soutiens aux populations".


En effet, lors du conseil des ministres qui s’est tenu mercredi, le chef de l’Etat a exprimé "la solidarité agissante de la Nation aux populations sinistrées, suite aux fortes pluies enregistrées ces derniers jours" rapporte le quotidien national.

"Ainsi, le président de la République demande au gouvernement de prendre toutes les dispositions requises pour déployer, en urgence, les moyens logistiques sollicités et les soutiens appropriés aux populations touchées par les inondations", lit-on dans le communiqué du Conseil des ministres. 


L’As revient sur la suspension de l’Inspecteur des impôts et domaines, Ousmane Sonko, par le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan.

Sonko, par ailleurs, président du Parti du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF) a été suspendu, mardi de son poste d’Inspecteur des impôts et domaines, la tutelle estimant qu’il a manqué à son "obligation de réserve" à travers ses différentes sorties médiatiques.


En effet, il avait révélé que l’Assemblée nationale ne payait pas ses impôts. Récemment, il est revenu à la charge pour dénoncer des "détournements d’objectifs" dans la lutte contre la traque des biens mal acquis, un marché de gré à gré d’un montant d’un 150 milliards, entre autres.


Le dernier référendum a coûté 3 milliards, selon l’Etat, mais pour Sonko toujours, cette consultation a coûté 10 milliards.


"L’opposition et la société civile sur le pied de guerre", affiche le journal L’As qui signale que le syndicat des impôts et domaines constitue un pool d’avocats et dépose un préavis de grève tandis que le mouvement Y’en a marre "exige la réhabilitation sans délais de Sonko".


A ce propos, Sud quotidien titre : "Les boucliers de Sonko". Pour Le Populaire, "l’affaire Sonko suscite une levée de boucliers". Walfadjri aussi évoque "la levée de boucliers contre la décision de la tutelle".


Dans sa livraison du jour, Libération rapporte que Macky Sall a piqué une colère noire après l’arrestation d’handicapés dans le cadre de l’interdiction de la mendicité des enfants.

"C’est un Macky Sall dans tous ses états qui a étalé une colère noire hier (mercredi) lors de la réunion du Conseil des ministres. Le président était choqué pour ne pas dire dégoûté par l’arrestation d’handicapés alors qu’il n’était pas au courant. Et c’est le garde des Sceaux qui en a eu pour son grade", écrit le journal.


OID/PON