Kigali : Ouverture du 27e sommet de l’UA
APS
AFRIQUE-POLITIQUE-INTEGRATION

Kigali : Ouverture du 27e sommet de l’UA

+++De l’envoyé spécial de l’APS, Ousmane Ibrahima Dia+++

Kigali, 17 juil (APS) – Le 27e sommet de l’Union africaine (UA) s’ouvre ce dimanche au Kigali Convention Center en présence de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement du continent.


La cérémonie d’ouverture, prévue à 14h 30 (12h 30 à Dakar), est précédée d’une rencontre des chefs d’Etat à huis clos.


Le sommet est axé sur le thème : ‘’2016, année africaine des droits de l’homme avec un focus particulier sur les droits des femmes’’. L’année 2016 marque des jalons importants dans l’Agenda des femmes aussi bien au niveau continental que mondial pour l’égalité entre les hommes et les femmes et l’autonomisation des femmes, avance-t-on à l’UA pour expliquer le choix de ce thème. 


Selon les autorités rwandaises, 35 chefs et de gouvernement ont annoncé leur participation au sommet de Kigali qui sera marqué, sauf report, par l’élection du nouveau président de la Commission de l’UA, en remplacement de la Sud-africaine Nkosaza Dlamini Zuma.


Le président sénégalais est sur place depuis vendredi soir. Macky Sall a assisté à une rencontre sur l’autonomisation des femmes dans l’agriculture et présidé une réunion du Comité d’orientation des chefs d’Etat et de gouvernement du Nepad.


A Kigali, l’on note la présence de Robert Mugabé (Zimbabwé), d’Idriss Déby (Tchad), d’Omar El Béchir (Soudan), de Théodoro Obiang Nguéma (Guinée-Equatoriale), de Jacob Zuma (Afrique du Sud), de Yowéri Museveni (Ouganda), Ellen Johnson Sirleaf (Libéria).


Il y a aussi Roch Marc Kaboré (Burkina Faso), le vice-président du Nigeria, le président de la République centrafricaine, Archange Touadéré, le Comorien Azali Assoumani, le président égyptien Abdel Fattah Al Sisi, le Bissau-Guinéen José Mario Vaz et le Premier ministre algérien Abdel Malek Sellal.


Le président somalien, Hassan Sheikh Mohamed, le vice-président libyen Mossa El Kony, le président de la République Arabe Sahraouie et démocratique, Brahma Ghali, entre autres, assistent également au sommet.


Ban Ki-moon, le Secrétaire général de l’ONU, Mahmoud Abbas, président de la Palestine et Alpha Oumar Konaré, ancien président de la Commission de l’UA sont aussi présents.


A Kigali, l’UA procèdera au lancement du passeport africain dont les premiers bénéficiaires seront les chefs d’Etat et de gouvernement, les ministres des Affaires étrangères et les représentants permanents des Etats membres de l’UA à son siège d’Addis-Abeba (Ethiopie). 



Le Sommet de Kigali se penchera sur la capacité africaine de gestion des risques, des questions stratégiques, comme le financement de l’UA, le budget de l’organisation, les questions de paix et de sécurité sur le continent. 



L’Union africaine, née des cendres de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), a été lancée en juillet 2002 à Durban (Afrique du Sud), en vue de "bâtir une africaine intégrée, prospère et en paix tirée par ses citoyens et constituant une force dynamique sur la scène mondiale". 


L’UA a adopté en 2015 une nouvelle feuille de route baptisée "Agenda 2063" pour "bâtir une Afrique prospère et unie fondée sur des valeurs partagées et un destin commun". Cet agenda compte 7 aspirations et 12 programmes phares dans le cadre de son premier plan décennal de mise en œuvre (2013-2023).

OID/ASG