Kaolack : la CLM va poursuivre l’extension de ses programmes à d’autres collectivités
APS
SENEGAL-SOCIETE

Kaolack : la CLM va poursuivre l’extension de ses programmes à d’autres collectivités

Kaolack, 28 déc (APS) - La Cellule de lutte contre la malnutrition (CLM) compte étendre ses projets et programmes à d’autres collectivités de la région de Kaolack (centre) où le taux de malnutrition chronique est évalué à 19,6 pour cent chez les enfants.
 
"Pour 2017, nous allons enrôler trois autres collectivités du département de Nioro où nos programmes n’interviennent que dans 7 collectivités sur les 15’’ de ce département, a annoncé Alioune Badara Fall, responsable de la CLM pour la zone centre.
 
Il s’entretenait avec des journalistes, mercredi, en marge d’un comité régional de développement (CRD) axé sur l’évaluation des activités déroulées par la CLM dans les collectivités locales de Kaolack au cours de l’année 2016. 

Cette rencontre a été présidée par l’adjoint au gouverneur de Kaolack en charge des affaires administratives, Abdoul Aziz Diagne.
 
"L’extension de nos programmes dans ce département va porter nos zones d’intervention à 10 sur ces 15 collectivités à Nioro. Et cette dynamique va se poursuivre pour couvrir l’ensemble des collectivités de la région de Kaolack", a-t-il ajouté.
 
"Aujourd’hui, le combat de la CLM est de tout faire pour une institutionnalisation des programmes de renforcement de la nutrition, les projets d’appui à la sécurité alimentaire pour les ménages vulnérables et les projets d’iodation universelle du sel dans les collectivités locales", a souligné M. Fall.
 
Les enjeux de la problématique du renforcement demeurent selon lui importants, le Sénégal comptant "un taux de malnutrition aiguë chronique de 18%’’, un chiffre qui passe à 19,6% à Kaolack, a-t-il fait savoir, ce qui fait qu’il "y a beaucoup de choses à faire pour l’extension du programme dans toutes les collectivités avec l’appui de l’Etat".
 
"Nous sommes dans le processus d’extension de ce programme, dont nous avons commencé la mise en œuvre en 2004, donc chaque année, nous faisons des extensions selon les moyens financiers" dont dispose la Cellule de lutte contre la malnutrition, a ajouté M. Fall.
 

AB/BK