Guinée : la CEDEAO exige la tenue d’élections dans un délai de 6 mois
APS
AFRIQUE-POLITIQUE

Guinée : la CEDEAO exige la tenue d’élections dans un délai de 6 mois

Dakar, 17 sept (APS) – Les chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont demandé jeudi la tenue, dans un délai de six (6) mois, d’élections présidentielle et législative pour la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée, indique un communiqué reçu à l’APS.
 
Réunis en session extraordinaire à Accra (Ghana), les chefs d’Etat de l’espace communautaire ont également décidé du maintien de la suspension de la Guinée de toutes les instances de la CEDEAO jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel.
 
De même, ils ont décidé la mise en œuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers.
 
Parmi les autres décisions issues de cette session figurent l’appui de l’Union Africaine, de l’Union européenne, des Nations Unies, et des partenaires multilatéraux et bilatéraux pour la mise en œuvre desdites sanctions, l’interdiction aux membres du Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) d’être candidats à l’élection présidentielle, l’accompagnement de la CEDEAO dans la résolution rapide de la crise et la préparation des élections.
 
La Conférence a appelé l’Union Africaine, les Nations Unies ainsi que les partenaires au développement à endosser les décisions prises et à accompagner la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée.
 
Les membres de la conférence ont demandé au président en exercice de visiter les Républiques de Guinée et du Mali dès que possible afin de notifier en personne les décisions de la Conférence.
 
La Conférence a par ailleurs réitéré sa ferme condamnation du coup du 5 septembre 2021 et a réaffirmé son exigence pour la libération immédiate et sans condition du président Alpha Condé. 
 
Elle a rappelé encore qu’elle tenait les membres du CNRD responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique du président Alpha Condé.
 

ASB/OID/AKS