Plaidoyer pour le développement du cabotage sous-régional
APS
SENEGAL-FIDAK-ECONOMIE

Plaidoyer pour le développement du cabotage sous-régional

Dakar, 21 déc (APS) - Le développement et le renforcement du cabotage sous-régional pourraient constituer l’un des leviers d’intégration économique des pays de l’UEMOA et de la CEDEAO, avec un marché de plus de 300 millions de consommateurs, a affirmé, jeudi, le directeur du cabinet du ministre de la Pêche et de l’Economique maritime, Mactar Diallo. 
 

M. Diallo s’exprimait, lors d’un panel sur le cabotage sous-régional, organisé dans le cadre de la 26ème édition de la Foire internationale de Dakar (FIDAK).

 
Selon lui, l’étude de faisabilité d’une compagnie de cabotage sous-régionale réalisée par le conseil sénégalais des chargeurs (COSEC), reste une démarche de synergies d’actions, ‘’gage de réussite pour l’entreprise’’. 
 
’’L’investissement de l’outil de transport pour le cabotage sous régional est suscité et porté par les chargeurs qui créent et expriment la demande de transport’’, a-t-il souligné, ajoutant qu’au demeurant, l’importance du cabotage national n’en est pas moins occulté. 
 
Il a cependant rappelé que les travaux d’amélioration de la navigabilité des cours d’eau intérieurs attestent, si besoin est, de la vitalité que l’Etat compte donner aux transports fluvio-maritimes intérieurs. 
 
Si l’on en croit le directeur du cabinet du ministre de la Pêche, les réalisations en cours à travers l’Agence nationale des affaires maritimes (ANAM), le COSEC et plusieurs autres partenaires techniques et financiers de l’Etat, sont devenues incontestablement la rampe de lancement pour l’émergence du secteur.
 
Selon lui, créer les conditions d’un transport fluvio-maritime, à un coût raisonnable accompagnant les efforts d’intégration économique des pays de l’UEMOA et de la CEDEAO, constitue l’axe d’effort du gouvernement pour promouvoir l’initiative privée dans le secteur
 
’’En ce qui concerne les sous-secteurs des transports maritimes, il convient de rappeler que plus de 90% des échanges commerciaux se font par voie maritime’’, a-t-il précisé.

AMN/OID/ASG