Exploitation du champ pétrolier SNE : les inquiétudes et attentes des acteurs locaux de Fatick
APS
SENEGAL-ENERGIE

Exploitation du champ pétrolier SNE : les inquiétudes et attentes des acteurs locaux de Fatick


Fatick, 26 nov (APS) - Des acteurs et élus locaux de la région de Fatick ont exprimé lundi leurs inquiétudes relatives aux impacts environnementaux négatifs que pourraient engendrer l’exploitation du champ pétrolier SNE, a constaté l’APS.

Leurs préoccupations, exprimées au cours d’une audience publique, ont aussi tourné autour des retombées économiques dont pourraient bénéficier les populations et les collectivités locales situées dans les environs de ce champ pétrolier.

Le champ pétrolier SNE est situé à environ 90 km des côtes sénégalaises et à quelque 100 kilomètres de Dakar, dans les eaux profondes de Sangomar Deep Offshore.



L’audience publique a duré plusieurs tours d’horloge, sous la présidence du gouverneur de la région Souleymane Ciss.


"Nos inquiétudes en tant que pêcheurs, c’est comment parvenir à une préservation des ressources halieutiques sur les environs du champ pétrolier, mais aussi de savoir les retombées économiques de ce projet pour les populations locales", a déclaré le conservateur du Conseil local de pêche artisanale de Palmarin (CLPA), Babacar Ciss.



"Nous demandons la préservation des ressources halieutiques afin de préserver notre activité. Nous n’avons que cette activité de survie. Par conséquent, les pécheurs souhaitent disposer de toutes les informations relatives au projet", a renchéri le coordonnateur du CLPA de Sokone, Mamadou Thiaré.



Venus en masse prendre part à cette audience publique, les délégués des CLPA des zones impactées directement par l’exploitation du champ pétrolier Sangomar Deep Offshore (SNE) ont fortement souligné la nécessité de préserver les ressources halieutiques et l’écosystème marin des îles du Saloum.



Selon eux, l’étude d’impact environnemental et social du champ pétrolier du bloc de Sangomar, commanditée par l’entreprise australienne Woodside, semble "minimiser les impacts négatifs" liés à l’exploitation. 



Le maire de Sokone Moustaphé Guèye, dit Petit Guèye, a invité les compagnies et structures (Woodside, Cairn Energy, Far Limited, Pétrosen) impliquées dans l’exploitation du champ pétrolier, à "rassurer les populations locales" sur ces inquiétudes exprimées par leurs délégués.



M. Guèye a plaidé aussi pour la mise en place d’un fonds d’appui
aux communes, pour que les collectivités locales situées dans la zone d’intervention du projet puissent disposer, dans le cadre de la responsabilité sociétale d’entreprise (RSE), de ressources conséquentes pour accompagner leur développement. 


Le gouverneur de la région, Souleymane Ciss, a invité les représentants des compagnies pétrolières et structures en charge du processus d’exploitation du bloc de Sangomar à poursuivre la communication dans le sens de "rassurer les populations locales sur leurs inquiétudes" et les retombées économiques.



Les représentants de Woodside et du cabinet d’étude ont promis de continuer les causeries et communications initiées auprès des populations afin de dissiper ces inquiétudes.

"Pour cela, plusieurs activités de sensibilisation vont se faire dans les différentes langues locales et radios communautaires afin de dissiper ces inquiétudes et faire comprendre aux populations les retombées économiques du projet", a promis Aliou Dieng, un des agents partenaire de Woodside. 


Le premier baril du champ pétrolier de Sangomar est selon Woodside attendu dans le cadre de la phase I en 2022.

AB/ASG/BK