Disparition de Boubacar Koné : une
APS
SENEGAL-CULTURE-NECROLOGIE-REACTION

Disparition de Boubacar Koné : une "grosse perte" pour le monde artistique, dit le Pr Hamidou Dia

Dakar, 5 août (APS) – La disparition du propriétaire du musée privé d’art contemporain "Boribana", Boubacar Koné, est une "grosse perte" pour le monde artistique sénégalais, selon le Pr Hamidou Dia, conseil spécial du chef de l’Etat.



’’Nous avons appris avec une infinie tristesse la disparition de Boubacar Koné du musée d’art contemporain Boribana, le seul en Afrique (…) La brutale disparition de Boubcar Koné à Los Angeles est une grosse perte pour le monde artistique sénégalais qu’il va esseuler", écrit M. Dia dans un communiqué reçu à l’APS.


De son vivant, Koné avait offert gracieusement ce musée de plus de 1000 m2 à l’Etat du Sénégal, sans aucune contrepartie, ce que Hamidou Dia qualifie de "geste magnifique de mécénat".


L’ancien propriétaire du Musée privé d’art contemporain Boribana à Ngor décédé mercredi, à Los Angeles (USA) avait fait, en décembre 2014, don du patrimoine foncier et artistique de cet établissement à l’Etat du Sénégal.


Implanté sur un titre foncier de 1000 m2, ce musée est formé d’un bâtiment R+1. Il est composé d’appartements et de studios pour des résidences artistiques, et est aussi riche d’une collection de plus de 400 œuvres d’art, fruit du travail d’artistes de diverses nationalités.

Le musée Boribana (mot mandingue signifiant "la course est terminée"), a été créé en 1998. Il se distingue par son architecture en forme de piano à queue et a accueilli des expositions de grands artistes sénégalais, de la diaspora et de l’Europe.



"Prenez-en soin. Donner ce musée privé d’art contemporain Boribana à l’Etat du Sénégal est un rêve d’enfance qui se réalise. Je le répète, Monsieur le ministre, prenez-en soin", avait dit M. Koné lors de la signature de la convention de cession du musée Boribana à l’Etat sénégalais.

"J’ai acheté ce terrain à Ngor en 1987. Auparavant, à mes 16 ans, j’ai toujours rêvé d’offrir quelque chose à mon pays. C’est alors au fil des années que j’ai pensé construire un musée", avait expliqué Boubacar Koné, considérant que c’est comme une partie de lui-même, qu’il vient ainsi d’offrir.


"C’est une grande satisfaction aujourd’hui de voir ce rêve prendre forme et se réaliser. Mon épouse et moi confions cette œuvre d’art à l’Etat, aux hommes de culture et à la jeunesse tout entière", a poursuivi Koné, exprimant sa gratitude au président de la République, Macky Sall.

"C’est tout ce joyau qui tombe dans l’escarcelle de l’Etat avec cette
collection riche et variée, composée d’œuvres picturales, sculpturales, photographiques, entre autres", avait souligné le propriétaire devant le ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye.


Après ses études en France, Boubacar Koné est parti s’installer au Canada puis aux USA où il ouvre une galerie d’art africain basée d’abord à Montréal puis à New-York. C’est ainsi qu’il constitua une collection d’œuvres d’artistes canadiens, américains puis africains, avec l’aide de son épouse, une comédienne afro-américaine, Carol Christine Hilaria.


Boubacar Koné était présenté comme un collectionneur dans l’âme et doté du sens des affaires, ce qui lui avait permis de compléter sa collection d’œuvres et créer le Musée Boribana à Ngor.


OID/PON